samedi 29 août 2009

Ma sélection

Voici les 7 titres que j'ai choisi de lire pour le challenge du 1% littéraire 2009.
J'ai essayé de choisir des livres que je n'aurai pas forcément lu sans ce challenge, le but étant bien sur de découvrir d'autres horizons.

1) Le Voyage d’hiver d'Amélie Nothomb
'Il n'y a pas d'échec amoureux.' Zoïle s'apprête à se faire exploser dans un avion. Dans l'aéroport, dans l'attente, il raconte... l'amour, la femme, les raisons de son geste...

J'ai fini de le lire hier soir, billet à venir prochainement (avec mes vacances ce ne sera peut être que fin septembre)

2) Loin des bras de Metin Arditi
L'institut Alderson est un internat pour gosses de riches situé près de Lausanne. Maîtres et élèves y sont, chacun à sa manière, dans la perte. Chacun panse une blessure ou dissimule un secret : un deuil, le vice du jeu, le déshonneur d'avoir été 'collabo', la lâcheté déguisée en pacifisme, l'opprobre antisémite, des amours 'contre nature', le sentiment d'avoir été abandonné... Dans ce havre de solitude et de destins brisés, la paroi des silences se fissure peu à peu, laissant à nu des êtres qui doutent autant d'aimer les autres que de s'aimer eux-mêmes.

3) Lait noir d'Elif Shafak
La dépression post-partum est abordée de manière onirique et autobiographique per E. Shafak, qui en fait l'expérience après la naissance de sa fille. Six personnages, djinns ou matriochkas, forment le choeur des voix qui agitent la jeune mère : la cynique Intellectuelle, l'insolente Ambitieuse, la Rationnelle et l'humble Souffle, la Maternelle et la sensuelle Miss Satin Passion.

4) Quand j’étais nietzschéen d'Alexandre Lacroix
'Quandj'étais nietzschéen, je ne savais même pas écrire l'adjectif.J'hésitais toujours sur ces foutues consommes, sur l'ordre exact dans lequel il faut placer le s, le z, le c, le t et le h : schzt ? chszt ? zchtzschzt ? (...) Quandj'étais en pleine crise d'adolescence, que je vouais un culte à l'ennemi de tous les cultes, je me trompais à chaque coup sur le nom de mon idole. Mais peu importe. Quandj'étais nitszchéain, je m'estimais largement au-dessus des règles et des conventions en tous genres. Un surhomme n'a pas besoin de l'orthographe.'
Début des années 1990. A 16 ans, quelques jours après son anniversaire, le héros découvre les oeuvres de F. Nietzsche. C'est le choc. Ce premier contact avec la philosophie va produire une déflagration, et modifier de fond en comble la trajectoire de ce jeune homme rangé. D'élève plutôt sérieux et obéissant, il devient du jour au lendemain un 'nietzschéen pratiquant' et traduit toutes les idées iconoclastes qui lui bouillonnent dans la cervelle en actes : qu'il simule son suicide en cours d'allemand, interrompe par des vociférations une messe de Pâques à Notre-Dame de Paris, joue à l''homme fort' en multipliant les agressions gratuites, frappant un chat errant ou blessant au visage une passante, l'adolescent s'efforce de mettre en pratique l''inversion de toutes les valeurs'. En toile de fond, sa vie sentimentale s'égare dans des intrigues étranges.

5) Les Heures souterraines de Delphine de Vigan
Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu'au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l'attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n'ai été dit, sans raison objective, Mathilde n'a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu'elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte. Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l'attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l'immense solitude qu'elle abrite. Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d'eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s'arrête. Autour d'eux s'agite un monde privé de douceur.

6) Mon enfant de Berlin d'Anne Wiazemsky
En septembre 1944, Claire, ambulancière à la Croix-Rouge française, se trouve à Béziers avec sa section, alors que dans quelques mois elle suivra les ramées alliées dans un Berlin en ruine. Elle a 27 ans, c'est une très jolie jeune femme avec de grands yeux sombres et de hautes pommettes slaves. Au volant de son ambulance, quand elle transporte des blessés vers des hôpitaux surchargés, elle se sent pour le première fois de sa jeune vie, vivre. Mais à travers la guerre, sans même le savoir, c'est l'amour que Claire cherche. Elle va le trouver à Berlin.

7) La Lignée - La Lignée de sang : symptôme 1 de Guillermo del Toro et Chuck Hogan
Un Boeing en provenance d'Allemagne se pose à l'aéroport international JFK de New York. Tout à coup, l'inexplicable se produit : l'appareil s'arrête au milieu de la piste, ses lumières s'éteignent, l'équipage ne répond plus à la tour de contrôle. Ce que l'on découvre à bord est sidérant : pas de sang, pas de traces de lutte, mais les passagers sont tous morts, le visage serein. Ephraïm Goodweather et son équipe d'épidémiologistes doivent rapidement établir l'origine de ce drame avant que la population ne cède à la panique. Mais un autre événement survient à la fin de cette étrange journée : la disparition de deux cents cadavres de différentes morgues de la ville. Bientôt, une menace sans précédent s'abat sur New York, plus terrifiante encore que tout ce qu'on pourrait imaginer.

6 commentaires:

  1. Difficile de choisir en cette rentrée littéraire ;)

    RépondreSupprimer
  2. Ah ça oui. Il y en a plusieurs autres que j'aimerai lire, mais je ne pense pas tenter le 2%, mon budget livre est déjà bien malmené...

    RépondreSupprimer
  3. Je lirai "Lait noir" si la bibliothèque l'achète. Pour les autres titres, je me contenterai de tes billets.

    RépondreSupprimer
  4. Rien à voir mais j'ai vu que tu lisais le guide du routard de la Thaïlande, je te conseil plus de lire le Lonely Planet... Le routard c'est pas tip top :/

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour le conseil !! Je vais aller l'acheter dès demain... J-5 avant le départ

    RépondreSupprimer
  6. \o/ J'espère que vous allez bien en profiter !!

    RépondreSupprimer