mercredi 20 janvier 2010

Anna Karénine


Suite à ma lecture enthousiaste de cette oeuvre de Tostoï (voir mon billet), j'avais envie de voir l'adaptation avec Sophie Marceau dans la rôle d'Anna et cela tombe très bien avec le nouveau challenge Lunettes noires sur Pages blanches

Le film date de 1997. C'est Boromir, pardon Sean Bean, qui joue le rôle de Vronski. Je ne connaissais pas les autres acteurs.

Je partais vraiment avec un apriori négatif parce que je pense qu'il est impossible de transcrire au cinéma une oeuvre d'une telle richesse.
Finalement le résultat est moins pire que je ne le craignais, mais loin d'être tout de même satisfaisant.

Tout d'abord Sophie Marceau, je l'ai trouvé belle dans ce rôle. Même si le film, qui ne dure qu'à peine 1h40 pour 850 pages de roman, ne lui laisse guère le temps de donner toute l'ampleur du personnage.

Bien sur avec une telle durée, inutile de compter sur les personnages secondaires quasi absents, Dolly est inexistante, une apparition de quelques secondes tout au plus. Le mari d'Anna, Alexis Alexandrovitch réduit à pas grand chose, La fille d'Anna et de Vronski qui ne voit même pas le jour, quant a Stephane Arcadievitch, il ne sert que de faire valoir et d'intermédiaire entre les personnages, il a donc tout perdu de sa personnalité.
Et cela m'a posé problème car le ressenti des personnages, décrit avec force dans le livre, pour être traduit à l'écran passe par la parole et ainsi des sentiments sont verbalisés dans des dialogues qui sonnent faux ou qui dénotent fortement du livre ou tout est plus intérieur. Un personnage comme Levine en pâti grandement.

On perd totalement l'idée de cette société qui étouffe tant Anna, alors que cela me semble être le coeur du livre... La scène où Anna se rend au théâtre et s'y trouve humiliée est purement et simplement supprimée, ce qui ôte beaucoup de sens.

Et le gros problème de ce film à mon avis, c'est l'émotion, car il n'y en a pas. c'est le calme plat, le grand froid digne de la Russie.
Les scènes s'enchaînent et... rien.

De plus certains passages que j'avais trouvé marquants et qui m'ont laissé une forte impression sont réduits à quelques secondes, La mort du frère de Lévine, l'accouchement de Kitty...

Voici donc un beau film, esthétiquement parlant, mais vidé de toute la substance du livre.



4 commentaires:

  1. J'ai dévoré ce roman il y a peu (billet en mars je pense) mais l'adapter en moins de deux heures? je préfère ne rien savoir!

    RépondreSupprimer
  2. Bon zut, mon commentaire de tout-à-l'heure n'est pas passé... Je disais donc que pour ma part j'étais tellement persuadée qu'il est impossible d'adapter ce roman au ciné que j'ai abordé le film avec l'envie de me détendre et j'ai pris du plaisir. Pour autant, je partage ton avis et tes arguments.

    RépondreSupprimer
  3. keisha> J'ai hâte de lire ton billet. Pour le film quand j'ai vu la durée j'étais plus que sceptique.

    Bladelor> tu as eu bien raison, moi je me suis trop focalisée sur le négatif, il faut le voir sans comparer sans arrêt.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai tellement aimé ce roman!!! Un pur plaisir! J'ai vu deux versions filmées, celle avec Vivien Leigh et celle avec Garbo et franchement, cette dernière vaut vraiment le coup! Si on aime les vieux films, bien entendu!

    RépondreSupprimer