lundi 19 décembre 2011

Pfffff

Je suis toujours là !! Mais notre petit bonhomme a fait son premier rhume qui l'a bien rendu malade et moins d'une semaine après il a enchaîné avec une gastro, qu'il s'est empressé de partager avec sa maman, heureusement que mon chéri est en vacances et pour l'instant épargné, car moi j'avoue que je ne suis bonne qu'à agoniser depuis ce matin... entre les nuits blanches à cause du petit malade et ma gastro, youpi, je me demande comment je survis.

Et ça tombe très mal car la fin d'année est plutôt chargée côté boulot (comme toutes les fins d'années d'ailleurs) et je n'ai donc guère eu le temps d'écrire des billets sans parler de l'état d'avancement de mes lectures qui me désespère, je crois que le bilan lecture de 2011 sera léger.

Et c'est là également qu'on se rend compte du problème de la médecine, principalement en campagne. Petit bonhomme a fait une gastro bien foudroyante, samedi soir et on a eu assez peur de la déshydratation et de le voir complètement amorphe lui qui est toujours si plein de vie.
On habite une petite ville de Bourgogne (8 000 habitants environ).
Il était 18h00, donc on pouvait oublier notre médecin traitant, pour se rassurer on appelle le service pédiatrique de l'hôpital d'Auxerre (où j'ai accouché), à 60 km, et bien sur on s'entend dire qu'il faudrait mieux qu'on leur emmène et qu'ils peuvent pas faire un diagnostique par téléphone, quand on précise qu'on est à 60km, ils nous disent d'appeler le 15.

Le 15 : pas de médecin de garde dans notre secteur, il faut aller aux urgences de notre ville.
Oui il y a un hôpital prêt de chez nous, MAIS le service des urgences est en passe d'être fermé et ils n'ont pas de pédiatre, seulement 2 puéricultrices qui font des horaires de bureau et qui m'avaient dit de ne jamais emmener petit bonhomme aux urgences ici.

Bon du coup on appelle un autre hôpital à 30km où je sais qu'il y a un pédiatre et là l'infirmière nous dit texto : oui on a bien un pédiatre de garde, mais (blanc) je vous conseille plutôt d'aller à Auxerre.
C'est très rassurant n'est-ce pas.

Entre temps petit bonhomme avait encore vomi 3 ou 4 fois et je ne faisais que le changer pendant que mon mari téléphonait.
Et là on s'est dit qu'il fallait arrêter de tergiverser et nous voila parti pour 60 km... heureusement que la tempête était fini et qu'il n'y avait pas encore de neige.
Nous sommes rentrés vers minuit avec un petit bonhomme épuisé, mais réhydraté et avec un traitement.
Et en plus l'infirmière à Auxerre était super.

Bon allez j'espère que tout le monde sera retapé pour Noël !!

8 commentaires:

  1. Soignez-vous bien. Pas d'imprudences jusqu'à Noël! Biz

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Purée, oui cela fait un peu peur côté "médecine". Bon, je vous souhaite un très bon rétablissement à tous deux !

    RépondreSupprimer
  4. plein de bisous guérisseurs pour vous.
    la "démédecinisation" de la campagne, c'est un sacré problème...

    RépondreSupprimer
  5. Mince, l'angoisse ce genre de situation. j'espère que tout el monde s'est bien remis depuis et que vosu avez pu profiter d'un bon Noël. J'ai vu sur un autre billet que tu as été gâtée^^

    RépondreSupprimer
  6. J'espère que tu es remise et que tu as passé un bon Noël!

    RépondreSupprimer
  7. joey7lindley, Edelwe> Oui on a pu profiter de Noël, c'est déjà ça. Merci :)

    RépondreSupprimer