dimanche 14 mai 2017

mois italien : Place à l'Opéra


Le mois dernier c'était le mois du Japon et ce mois-ci c'est le mois italien.
J'aurais voulu pour l'occasion lire le tome 2 de l'amie prodigieuse, mais je me suis laissée prendre par divers challenges et lectures communes et je n'aurai pas le temps de le lire ce mois-ci. Ce n'est que partie remise car le tome 1 a été véritablement un coup de coeur et j'ai vraiment hâte de retrouver Elena et Lila.

Je ne suis jamais allée en Italie, et j'adorerais pouvoir le faire (peut être une escapade à Rome pour nos 10 ans de mariage en fin d'année). Je ne parle pas italien mais j'apprécie tout particulièrement cette langue dans le domaine de l'opéra.
Depuis toujours les opéras italiens m'ont charmée, alors que je n'aime pas trop les opéras en allemand, je n'ai jamais pu apprécier Wagner et alors que je vénère Mozart j'ai du mal à écouter la flûte enchantée.

J'aime tout particulièrement Verdi et ses opéras grandioses comme le Trouvère, Aïda et ses célèbres trompettes, le choeur des esclaves dans Nabucco,  Rigoletto... ma préférence va cependant à la Traviata qui me bouleverse à chaque fois. Il faut vraiment que je lise la dame aux camélias un de ces jours, le roman de Dumas fils qui a inspiré la Traviata.

J'ai eu l'occasion de voir en vrai une représentation de Lucia di Lammermoore de Donizetti qui est aussi une merveille.
Ou encore le Barbier de Séville et son célèbre Figaro.

Mais mon coup de coeur absolu est pour Mozart et surtout les noces de Figaro. J'aime cet opéra d'amour, je l'ai écouté en entier des centaines de fois. Il est tellement plein de vie, de charme, d'humour, la musique nous emporte tout au long de cette folle journée écrite à l'origine par Beaumarchais. J'ai lu la pièce, mais je vous avoue préférer de loin la version de Mozart.

Je vous laisse avec quelques extraits choisis.

Extrait du barbier de Séville de Rossini, l'air de Figaro



Le choeur des esclaves dans Nabucco de Verdi



Dans Lucia di Lamermoor, la scène de la folie :
Lucia qu'on a voulu marier de force vient de tuer son mari juste après la noce et sombre dans la folie.
C'est l'air qui a inspiré Luc Besson pour sa cantatrice dans dans le 5e élément


Court extrait des noces de Figaro de Mozart, au château de Versailles :

2 commentaires: