mercredi 26 septembre 2012

Angélique, marquise des anges - Anne Golon






Ahhh, Angélique ! Tout le monde connait n'est-ce pas ? J'ai vu les adaptations un nombre incalculable de fois depuis mon enfance. J'ai toujours aimé ce côté romanesque. Bien sur les telefilms ont bien des défauts mais ils m'ont fait rêver gamine, peut être même ont-ils beaucoup contribué à mon goût pour la période Louis XIV, Versailles...

Ma mère a toute la collection dans sa bibliothèque depuis aussi longtemps que je me rappelle. J'ai lu les premiers tomes durant un été, je devais avoir 14 ou 15 ans et je me suis arrêtée à Angélique et son amour, parce que je trouvais que ça s'éloignait trop de la trame des telefilms, de plus cela ne se passait plus à Versailles. Mais j'ai quand même toujours gardé en tête qu'il faudrait que je lise la série dans son intégralité.

Avec la sortie de la nouvelle édition, puis son arrêt car Anne Golon est (encore) en difficulté avec son éditeur, j'ai hésité. Mais finalement j'ai décidé de lire ce tome 1 de la nouvelle édition (correspondant à peu prêt à un quart du tome 1 de l'ancienne), indiqué comme étant revu et enrichi. Il se déroule pendant l'enfance d'Angélique, avant son (premier) mariage.

Le baron de Sancé est un de ces nobles désargentés qui subvient tant bien que mal aux besoins de sa nombreuse famille, sa femme, leurs enfants (8 ou 9 il me semble dont Angélique) et un père acariâtre, dans leur chateau du Poitou, bien loin de l'agitation parisienne en cette période de Fronde, où une partie de la noblesse s'est révoltée contre Mazarin et la reine-mère, Louis XIV étant encore trop jeune pour régner.

C'est dans ce Poitou rural, dans le château familial tombant en ruine, que la petite Angélique grandi, menant plus la vie d'une petite paysanne toujours par mont et par vaux que celle d'une jeune fille noble. Ses grands plaisirs courir les champs avec son ami Nicolas, entraîner les gamins des environs dans de folles aventures ou encore découvrir les secrets des plantes avec la sorcière Mélusine.
Mais bientôt il lui faudra quitter tout cela pour entrer dans un couvent, afin d'y faire son éducation, même si cela n'est pas vraiment de son goût.

Comme je m'y attendais j'ai énormément apprécié cette lecture, cela vient surtout de la richesse des détails historiques. Au tout début on n'a même pas l'impression qu'Angélique est le personnage principal. Cela se précise petit à petit.
Il y a le grand-père qui a connu les guerres de religion sous Henri IV et n'accepte toujours pas de côtoyer des protestants.
Il y a les cousins de Paris (Philippe !) qui arrivent avec les histoires de Fronde. On y croise Condé complotant contre Mazarin...

Et l'on constate également que la version téléfilm a été bien édulcorée, car le pillage sanglant, accompagné de viols dans le village paysan le plus proche ne nous est pas épargné. Les moeurs dépravés de certains membres du clergé, non plus.

J'ai hâte de poursuivre et de (re)découvrir Joffrey dans le tome 2.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire