vendredi 26 octobre 2018

bonheurs d'enfance - Christian Signol


Nul ne guérit de son enfance... En 1958, à onze ans, Christian Signol doit quitter son village natal, dans le Quercy, pour devenir pensionnaire à la ville. Une blessure qui ne se refermera jamais.
Le romancier des Vignes de Sainte-Colombe rouvre la porte à ses souvenirs : les arbres, les champs, les goûters près du fourneau, le garde champêtre et le meunier, les forains de passage. Les fenaisons et les vendanges, la pêche aux écrevisses, les feux de la Saint-Jean. Et puis aussi la petite école, l'instituteur, la découverte de la poésie grâce à Victor Hugo... Toutes les senteurs, tous les instants qui pour lui firent de ces années un paradis.
Écrit dans une langue savoureuse, voici un hymne bouleversant à un monde disparu.


Christian Signol est un auteur prolifique dans la littérature du terroir, certains de ces romans sont très connus et ont même eu les honneurs d'adaptations sur le petit écran, tel la rivière espérance.
Ce n'est pas un genre qui m'attire plus que ça, mais j'avais trouvé ce livre, bonheurs d'enfance, dans une boîte à livre et il m'a donné envie.
En fait, il ne s'agit pas d'un roman, mais des souvenirs de l'auteur, ses souvenirs et ses bonheurs d'enfance. C'est une lecture vraiment très belle et très émouvante, très vivante aussi. C'est rempli de nostalgie, et c'est vraiment une autre époque qu'il fait revivre au fil des pages. Une enfance au contact de la nature, pleine d’authenticité d'insouciance, de liberté. 
J'ai été émue par ce récit et un peu triste aussi, triste de cette époque révolue, mais aussi de sentir à quel point l'auteur vit dans les regrets de son enfance, avec une sorte de rejet de notre époque actuelle, ce que je trouve un peu dommage.

Je rattrape peu à peu mon retard pour le challenge des douze thèmes.

mercredi 24 octobre 2018

la chambre - Françoise Chandernagor


« Le tour de l'île : vingt-quatre pas. Six du nord au sud et d'est en ouest, depuis la porte d'entrée jusqu'à la fenêtre. Les cloisons de planches, la cheminée de marbre et, comme un lac suspendu, le grand miroir - la géographie de la chambre, ses rivages, ses déserts, sa faune, j'en sais tout. Mais le décor, cet étrange décor, acajou et pavé, brocart et chaises dépaillées, qui l'a composé ? Qui, surtout, a donné l'ordre de condamner les portes, puis la fenêtre, la cheminée, de poser des serrures, des verrous, je l'ignore... Et l'enfant ? Lorsqu'on a détaché sa chambre du continent, pourquoi n'a-t-il pas crié ? Pourquoi s'est-il laissé couler ?
À l'origine du crime, qu'y avait-il ?
Quand la foi soulève des montagnes, elle écrase des enfants. Est-ce la foi qu'on trouve au commencement de cette histoire ? Ou bien la peur, la bêtise, le hasard ? Qu'y avait-il "au commencement" ?»


Derrière cette 4e de couverture intrigante, se cache un fait historique, un peu oublié et qui a longtemps été auréolé de mystère et d'intrigue.
Cet enfant, que l'on appelle aussi le prisonnier du temple, c'est le fils de Louis XVI et Marie-Antoinette, le petit Louis XVII, qui ne régna jamais et comment l'aurait-il pu, il est mort dans l'isolement et le dénuement le plus total, il n'avait que 10 ans.

Depuis l'allée du roi, qui avait été un énorme coup de coeur, j'aime retrouver la plume de Françoise Chandernagor. Ce titre en particulier, je voulais le lire, mais je repoussais de le faire, car j'avais peur que ce soit éprouvant. Comment avoir envie de se confronter à la maltraitance et à la mort d'un enfant ?

L'approche est vraiment originale, ce n'est pas à proprement parlé un roman, mais ce n'est pas non plus une biographie formelle. L'autrice s'interroge, sur comment on en est arrivé à cette situation inhumaine, qui a décidé de cela ? Qui est coupable ?
La vie du petit garçon au temple est bien décrite, on fait également le tour de tous les personnages qui l'ont côtoyé et leur part de responsabilité. Bien sur il faut aussi voir la situation dans son ensemble, nous sommes en plein chaos révolutionnaire et la Terreur bat son plein, ce n'est facile pour personne.
L'évolution psychologique de cet enfant abandonné est vraiment bien approfondie. On sent dans ce récit la passion de l'autrice pour son sujet, elle a creusé jusqu'au bout, s'est plongé dans les archives et tout document pouvant l'éclairer afin de comprendre ce qu'à pu endurer cet enfant, et pourquoi.
L'injustice de son sort et la façon dont l'autrice s'en indigne sont poignante, oui ce livre est bien plus qu'un roman, c'est le cri d'agonie d'un enfant sacrifié sur l'autel de l'Histoire.
C'est passionnant, c'est révoltant. A lire !

mercredi 17 octobre 2018

Je me défends du harcèlement - Emmanuelle Piquet


Emmanuelle Piquet est psychopraticienne, elle s'est spécialisée dans les problèmes de harcèlement scolaire et de souffrance à l'école et a déjà écrit plusieurs livres à ce propos.
Je suis très sensible au sujet du harcèlement scolaire en ayant été victime quand j'étais en 6e. Cela reste un souvenir douloureux pour moi et à l'époque je n'avais rien dit à personne, j'ai subi pendant une année et pire je m'étais convaincue que c'était ma faute. J'étais trop timide, trop renfermée, trop "pas comme les autres". Il m'aura fallu bien des années pour comprendre que j'avais été victime et que ne rien dire et me fermer dans un sentiment de honte n'avais fait qu’aggraver la situation.

Aussi quand l'année dernière mon fils ainé s'est mis à appréhender les séances de piscine avec l'école parce qu'on s'était méchamment moqué de lui à plusieurs reprises sur son physique, mon sang n'a fait qu'un tour. Et je me suis sentie bien impuissante à le réconforter et à lui dire quoi faire n'ayant pas été moi-même capable de me protéger à l'époque. Heureusement mon fils n'est pas moi et après avoir alerté la maitresse, tout est vite rentré dans l'ordre.

C'est dans ce contexte que je me suis procuré ce livre, je voulais pouvoir lui donner des pistes, des solutions pour ce genre de situation et aussi peut être mieux comprendre ce que j'avais vécu.
Ce livre s'adresse aux enfants, mon fils est peut être encore un peu jeune, je pense que le public visé est plus celui du collège.
Il est très concret, avec présentation de plusieurs situations avec des illustrations, puis ce qu'il est possible de faire pour sortir de cette impasse, cela consiste souvent à renverser la situations par l'humour et la dérision, ce qui déstabilisera la personne en face, ce que l'autrice appelle l'effet boomerang ou le virage à 180.
Cela nécessitera surement à l'enfant de préparer des répartis ciblés et s'entrainer avant la confrontation. Cela apprend également à l'enfant, qu'il est capable de retourner la situation à son avantage, sans intervention direct des parents qui risquent souvent d'aggraver la situation en croyant bien faire. Ce qui ne veut pas dire qu'on laisse l'enfant se débrouiller tout seul, au contraire on peut l'aider, déjà en lisant le livre avec lui et lui expliquant que le harcèlement n'est pas normal et qu'il faut en parler, c'est déjà la priorité numéro 1, ensuite en réfléchissant avec lui à sa tactique, et l'aider à préparer ses répartis et répéter ce moment.

A mon sens ce livre devrait être mis à porté de mains de tous les enfants, il explique de façon simple les mécanismes du harcèlement et les solutions qui marchent.
Cela étant, la première des choses reste la communication avec son enfant, car il est primordial qu'il puisse en parler, être aidé et soutenu.

Je compte lire un autre livre de l'autrice, te laisse pas faire, qui lui s'adresse aux parents, même si j'ai un peu peur que cela réveille de vieilles blessures, je pense que c'est nécessaire.

mercredi 3 octobre 2018

Un long chemin vers la liberté - Nelson Mandela



Pour le challenge des 12 thèmes du mois d'août, j'ai un peu peiné, il faut dire que le thème de l'Afrique ne me parlait pas tellement et que je n'avais rien dans ma PAL, j'avais pensé trouver mon bonheur dans la bibliothèque de ma mère en tombant sur la ferme africaine de Karen Blixen, plus connu je pense pour son adaptation au cinéma sous son nom original, Out of Africa.
Le synopsis et l'envie d'en savoir plus sur l'époque coloniale me tentait bien, mais je n'ai pas du tout accroché et le peu que j'en ai lu m'a profondément ennuyée. Août était déjà terminé et j'hésitais à laisser tomber ce thème mais finalement on m'a prêté le livre audio un long chemin vers la liberté écrit par Nelson Mandela.

Dans ce récit autobiographique, Nelson Mandela nous raconte son parcours, de son enfance dans sa tribu, son adolescence et ses études de droits, à son engagement sans faille dans la lutte contre l'apartheid et ses nombreuses années d'emprisonnement.
J'avoue ma presque totale ignorance sur ce sujet et je suis donc ravie d'avoir pu découvrir tant de choses sur ce grand personnage ainsi que sur l'Afrique du Sud et son histoire mouvementée.
J'ai trouvé ce récit vraiment intéressant, très authentique et instructif. Malgré tout j'ai ressenti quelques petites longueurs principalement dues au fait que j'ai toujours du mal avec le côté très politique de ce genre de sujet, ce qui a vit tendance à me perdre.
Il s'agit d'une version abrégée en livre audio chez audiolib, la version complète existe en version papier.

Une lecture nécessaire et forcément engagée, la vie et le parcours d'un grand homme, son combat pour l'égalité et la liberté.