mercredi 30 décembre 2009

Un chant de Noël - Charles Dickens



Ma première lecture de Dickens !
J'ai lu ce livre le jour de Noël ce qui était parfaitement d'actualité, il m'a été offert par Lancellau lors du swap de Noël.

Je connaissais déjà bien l'histoire, mais j'avais envie de la lire telle qu'elle avait été pensée àl'origine par Dickens et c'était assez plaisant.
Le style est agréable à lire, la magie de Noël est là, on s'imagine dans ce vieux Londres suivant les esprits des Noël passés, présents et à venir.

Un agréable conte et une première découverte positive de la plume de Dickens.

Je commence ainsi mon challenge English Classics


vendredi 25 décembre 2009


Il est temps de dévoiler le contenu de mon colis pour le swap de Noël. Mais avant cela, point négatif de ce swap, le colis que j'avais préparé pour ma swapée m'est revenu, suite à une bête erreur de recopie du numéro d'étage. Je l'ai récupéré hier, après quelques jours d'inquiétudes que la poste ne l'ai perdu (il a quand même mis 10 jours pour faire l'allez-retour)
Il devrait repartir dès demain... je suis bien désolée de ce contretemps pour ma swapée.

EDIT : il est enfin bien arrivée.
Plus de détail sur le blog d'Isabelle.



Et voici mon colis et son contenu, que j'ai pris grand plaisir à déballer, j'ai été bien gâtée !!


Côté gourmandise, il y avait un paquet de chocobons (mon péché mignon), mais aussi de délicieux sablés fait-maison et je dois avouer qu'à l'heure actuelle il n'en reste plus (mon mari les a aussi adorés), plus quelques petits chocolat kinder et des clémentines disséminés dans le colis, j'ai adoré ce parfait symbole de Noël que sont les clémentines.

Pour le reste
- une très jolie carte de Noël

- un superbe marque page fait main, souvenir de ce swap


- des boules de Noël, fait main également qui sont allées directement sur mon sapin


- le fameux objet doux et chaud, des chaussettes que j'adore


- et les deux livres

Je suis ravie de ce choix, j'avais très envie de découvrir Dickens et pour le deuxième titre, je ne connaissais pas du tout, mais le 4e de couverture m'a paru touchant, j'ai vraiment hâte de les lire tous les deux !!

Un très grand merci donc à lancellau qui m'a préparé ce colis et qui s'est donné beaucoup de mal avec des cadeaux fait-main qui m'ont fait très plaisir !!!

samedi 19 décembre 2009

Millénium, Tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes - Stieg Larsson



Depuis le temps que j'entends parler de cette trilogie devenue célèbre je me suis lancée dans l'aventure.

Mikael Blomkvist , journaliste suédois rédacteur pour le journal Millenium, vient d'être condamner pour diffamation après avoir publié un article sur un grand nom de la finance, qu'il accuse ni plus ni moins d'être un bandit.
Après cette comdamnation il décide de prendre un peu de recul par rapport à son travail et à Millenium et ça tombe bien car il est embauché par Henrik Vanger, ancien PDG d'une grande entreprise sur le déclin, pour tenter de résoudre une énigme vieille de 40 ans : sa nièce a disparu un beau jour sans laisser de trace et il est persuadé qu'un membre de sa famille l'a assassinée. Cette disparition n'a cessée depuis de le hanter.
Mikael sera bientôt secondé dans cette enquête par Lisbeth Salander, jeune fille douée, mais au caractère pour le moins abrupt...

Mon avis...
J'ai eu du mal à accrocher à la première partie. Je l'ai trouvée un peu longue et surtout certaines scènes m'ont rebutée, il s'agit surtout de deux scènes de violences sexuelles qui n'ont pas d'autres intérêt dans l'histoire que de donner de la matière au personnage de Lisbeth. Mais j'ai trouvé ces scènes un peu gratuites et ça m'a génée.

Mais dans la deuxième partie, le récit prend son envol, le duo Lisbeth-Mikael marche assez bien, quelques personnages secondaires donnent vraiment corps à l'histoire.
J'ai dévoré la fin et apprécié, même si le scénario sombre finalement dans le sordide. Je me suis déjà précipitée sur le tome 2, malgré mes réserves du début.

A noter aussi une lecture à haute teneure en caféine, je ne sais pas si cela vient de l'auteur ou des habitudes suédoise en général, mais il ne se passe pas deux pages sans que quelqu'un ne boive du café. Les mots cafés et cafetière, reviennent un nombre incroyable de fois dans le récit. Bref, c'est pas très intéressant, mais c'est un peu lourd à force.

Pour conclure, ce n'est pas un coup de coeur, mais c'est une lecture assez prenante.

J'ai vu le film tout de suite après avoir fini le livre et je n'aurai peut être pas dû.
Toutes les personnes autour de moi on beaucoup aimé le film, aucune n'avait lu le livre avant.
Mon problème étant que tout était tellement frais dans ma tête que j'ai passé mon temps à faire la comparaison et à m'irriter de petits détails changeants.

Globalement le film est vraiment fidèle. L'actrice jouant Lisbeth est très convaincante et fait corps avec son personnage.
A part cela, j'ai bien évidemment préféré le livre, j'aurai peut être du attendre que cela se tasse un peu dans ma mémoire avant de le voir, j'aurai certainement plus apprécié.

jeudi 10 décembre 2009

Dix petits nègres - Agatha Christie

Pas d'image pour accompagner cette lecture, car c'est une vieille édition que j'ai lu et je n'ai pas retrouvé la couverture sur le net et pas de quoi la scanner.

J'aime bien lire un polar de temps en temps, ça à l'avantage de souvent bien prendre la tête et ce sont des lectures que je trouve distractives.
Je n'avais jamais lu d'Agatha Christie, mais bien sur sa renommée me tentait. Mon père était un grand lecteur de polar, capable de s'enfiler un pavé de plus 500 pages d'une traite en moins d'un après midi, ça m'a toujours laissée très admirative, vu ma propre lenteur qui me désespère.
Lorsque j'ai envie d'en lire je n'ai qu'à retourner chez ma ma mère et faire mon choix dans la bibliothèque de mon père qu'elle a en grande partie conservée, d'où la vieille édition.

Bon revenons à Agatha Christie et ses dix petits nègres, je dois dire que j'ai beaucoup aimé cette lecture. Je me suis laissée prendre au piège de l'histoire, lire du Agatha Christie c'est un peu comme jouer au cluedo.

L'histoire :
10 personnes qui ne se connaissent pas ont été invitées sous divers prétextes à un séjour sur l'île du nègre, une île auréolée de mystère par la presse car personnes ne connaît l'identité du propriétaire et les rumeurs les plus extravagantes circulent. Il s'avère vite que tout ceci n'était qu'un subterfuge. Nos 10 voyageurs se retrouvent pris au piège sur cette île, seuls et sans moyen d'en repartir... Rapidement un première décès survient, meurtre ou suicide ? Puis un deuxième... bientôt il apparaît clairement que l'un deux à décider de tuer tous les autres... qui ?

Le style est très agréable, l'histoire prenante et surtout il y a cette touche so british, dans les personnages, leur caractère, le code social, le tea time inévitable...
Cela donne un charme un peu désuet, que j'ai bien aimé.

Aucun doute, j'en lirai d'autres !

C'était une lecture commune avec Bladelor et Abeille.

samedi 5 décembre 2009

L'Esprit de l'athéisme - André Comte-Sponville



Je ne m'attarderai pas trop sur ce livre car je l'ai lâché assez rapidement.

Le sujet s'annonçait passionnant, quelle spiritualité pour les non-croyants ? Bien sur la question de l'existence de dieu est posé. Il est aussi beaucoup question de la laïcité.

Je n'étais certainement pas prête à lire ce livre, qui soulève des questions qui m'ont perturbée, parce qu'il s'agit avant tout d'une lecture philosophique à lire plus avec sa raison qu'avec son coeur, mais dans mon cas l'émotionnel était bien trop présent, rendant ma lecture prise de tête et douloureuse... j'ai donc préféré arrêter.

mercredi 2 décembre 2009

20th Century Boys, Tome 3 - Naoki Urasawa


Présentation de la série
Enfant, Kenji avait imaginé un scénario catastrophe. Aujourd'hui, ces improbables attaques bactériologiques contre San Francisco et Londres sont devenues réalité. Quelle sera la prochaine opération ? Seul Kenji le sait et peut encore éviter le pire

Après Monster je lis 20th Century Boys et c'est une série tout aussi fantastique !
Seul Bémol, le prix des volumes qui fait que je lis au compte goutte... La série compte plus de 20 volumes tout de même.

Dans ce troisième volume on continue à se poser pleins de questions, sans avoir de réponses. Mais ce n'est que le début de la série ! En tout cas une lecture passionnante et l'un de mes manga préférés du moment.


Lus : 1
Achetés : 3
restants dans ma PAL : 181

dimanche 29 novembre 2009

Petit livre de la sagesse des moines - Henri Brunel


Dans ce livre nous sont présentés les différents ordres de vie monastique : Chartreux, Bénédictins, Cisterciens, Trappistes

Le fondement de ces ordres, leurs règles, leurs différences, leur quotidien...

C'est assez intéressant, néanmoins, malgré la volonté de l'auteur d'écrire un livre simple abordable pas tous, c'est loin d'être le cas je trouve.
Le sujet m'intéressait, mais je n'ai pas tellement aimé le style de l'auteur.

En conclusion, une petite lecture (à peine 100 pages) instructive, mais ardu.

jeudi 26 novembre 2009

Moi Nojoud, 10 ans, divorcée - Delphine Minoui


Nojoud a 10 ans et vit une enfance plutôt heureuse dans sa famille dans un village perdu du Yemen. Mais sa vie bascule lorsqu'elle est mariée de force à un homme d'une trentaine d'année, obligé de suivre cet homme, loin de sa famille, violée, battue, elle nous raconte son calvaire et surtout comment elle a trouvé le courage de se sauver pour aller au tribunal réclamer auprès d'un juge le droit de divorcer.
Elle l'obtiendra !

Nojoud à brisé la loi du silence car elle est loin d'être la seule dans ce cas.
Ce livre c'est son témoignage, celui d'une petite fille drôlement courageuse qui s'est retrouvée victime de traditions archaïques !

Un livre à lire !

A noter que Delphine Minoui, journaliste est également l'auteur des pintades à Téhéran, dont j'ai parlé il y a peu de temps.

lundi 23 novembre 2009

Des souris et des homes - John Steinbeck


C'est l'histoire de George et Lennie deux hommes liés d'amitié. Lennie est un colosse à la force impressionnante mais il a l'âge mental d'un enfant, George veille sur lui, même si parfois cela lui est pesant, car Lennie qui ne connait pas sa force s'attire régulièrement des problèmes.
Tous les deux vont de fermes en fermes là où l'on veut bien les embaucher et ils rêvent d'avoir assez d'argent pour s'acheter une maison, avoir un chez eux ou Lennie pourra réaliser son plus grand rêve, s'occuper des lapins.

Pourquoi ce titre ? Parce que Lennie qui adore caresser les animaux (ils sont si doux), attrape régulièrement de souris pour les garder, mais avec sa force qu'il ne contrôle pas, il ne parvient qu'à les tuer.

Le problème de ce livre c'est que j'ai deviné toute l'histoire dès le premier chapitre (le 4e de couverture aide aussi pas mal, il s'agit d'un extrait, mais je le trouve mal choisi).
Ma lecture à également pâti du fait que j'ai lu les raisins de la colère du même auteur, juste avant et que cela m'avait vraiment marqué.
Des souris et des hommes est trop court pour être aussi prenant, je trouve.

J'ai donc suivi l'histoire de Lennie et George avec plus ou moins d'intérêt. La fin m'a quand même beaucoup touchée.
C'est une lecture que je ne regrette pas du tout, mais j'en attendais peut être un peu plus.
Avec le recul (je l'ai lu il y a une bonne semaine), c'est quand même un récit fort et émouvant, une histoire d'amitié et de solitude.

Voici ma première participation au challenge 100 ans de littérature américaine.

samedi 21 novembre 2009

Où tu vas, tu es - Jon Kabat-Zinn


Pour commencer, un petite présentation de l'auteur :
Jon Kabat-Zinn est le fondateur d'une clinique de réduction du stress (aux Etats Unis). Il utilise les techniques bouddhiques de méditation pour soigner les troubles physiques ou psychologiques liés au stress.

Il est donc ici question de méditation, c'est inspiré du bouddhisme mais les aspects religieux sont retirés pour ne garder que l'aspect introspection, recherche de soi et connexion avec l'instant présent aussi appelé ici pleine conscience.

La méditation présentée dans ce livre n'est bien sur pas un remède miracle à tous ses problèmes et n'apportera pas grande chose au novice à moins d'être motivé pour une pratique quotidienne, comme une discipline de vie (ce qui n'est pas mon cas, je dois l'admettre).

Néanmoins j'ai trouvé cette lecture poétique et profonde, et elle m'a apporté un certain apaisement.

vendredi 20 novembre 2009

Ma vie est tout à fait fascinante - Pénélope Bagieu


Pénélope Bagieu est illustratrice elle s'est surtout fait connaître par l'intermédiaire de son blog
(http://www.penelope-jolicoeur.com/)

Elle se sert de sa vie avec beaucoup d'humour et d'auto-dérision pour en faire des petites BD hilarantes.

Ma vie est tout à fait fascinante m'a fait beaucoup rire, on peut se reconnaître dans ses petits travers de filles. C'est drôle et bien pensé.

jeudi 12 novembre 2009

Marjane Satrapi

Lire les pintades à Téhéran m'a donné envie d'écrire un billet sur Marjane Satrapi.
Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, Marjane Satrapi est d'origine iranienne, vivant en France. Elle est l'auteur de la BD Persepolis, une autobiographie, adaptée en film d'animation et primé à Cannes.
IL FAUT VOIR OU LIRE PERSEPOLIS (les deux c'est même encore mieux) ! Et ensuite apprécier la chance d'être née dans un pays libre !

Marjane Satrapi en tout cas est une sacrée bonne femme, au caractère bien trempé, incompatible justement avec le régime iranien actuel.

J'ai eu envie cette semaine de relire une de ses BD, peut être moins connue que Persepolis, qui m'avait aussi beaucoup touché, poulet aux prunes.


C'est à mon sens une merveille pleine de richesse. Les personnages sont iraniens, mais tout comme Persepolis, il y a une portée universelle je trouve.

Poulet aux prunes est en cours d'adaptation au cinéma, difficile d'en savoir plus pour le moment.



Une interview, Marjane Satrapi parle de l'Iran

lundi 9 novembre 2009

Les pintades à Téhéran - Delphine Minoui


Un grand merci à Keisha qui a fait voyager ce livre jusque chez moi.
J'avais envie de le lire depuis sa sortie.

De quoi s'agit-il ? Et bien c'est une sorte de guide du routard au féminin.
Pourquoi pintade, voici l'explication que donne le livre lui-même :

Rien de péjoratif dans ce sobriquet de pintade, bien au contraire ! Plutôt un pied de nez aux doux noms d'oiseaux dont les femmes sont parfois affublées. Être une pintade, c'est être une femme d'aujourd'hui, légère et sérieuse, féminine et féministe.

Il existe actuellement plusieurs livres dans cette série, on peut tout savoir sur les pintades de Paris, de Londres et de New York.
Téhéran peut donc s'avérer un choix surprenant, mais c'est pour mieux tordre le coup au préjugés et nous faire découvrir la vraie vie des téhéranaises, derrière leur voile.

Ce livre est vraiment passionnant et très enrichissant.
On y voit comment une mèche (dé)colorée dépassant du foulard ou un soupçon de rouge à lèvre en public devient un acte de rébellion et de féminisme engagé...
Amour, Mode, shopping, vie religieuse... bref tous les sujets de la vie quotidienne sont abordés.

La lecture est vraiment très agréable, avec un style un peu journalistique où s'enchaînent interview, bons plans, études de moeurs, faits de société... qui permettent d'appréhender ainsi à la fois la vie d'un pays et la vie des ses habitant(e)s et donner une vision plus large que ce que veulent bien nous dire les médias que seul le sensationnalisme intéresse.

Le livre à repris son voyage, il est parti chez Saxaoul

vendredi 6 novembre 2009

Angel Sanctuary - Kaori Yuki


J'avais commencé de lire cette série à sa sortie en France en 2000 et n'avais jamais été au bout (21 tomes tout de même, j'avais du aller jusqu'au 6 ou 7e). Je m'étais toujours dit que je m'y remettrai ce que je me suis décidée à faire tout récemment (objectif PAL oblige), mais vraiment, même avec beaucoup d'efforts, Kaori Yuki, ce n'est définitivement pas pour moi...
Ces dessins sont beaux certes, mais brouillons, l'histoire est assez incompréhensible et tordue.
J'ai pu être attirée il y a quelques années par ces personnages androgynes, mais maintenant je dois me faire trop vieille pour apprécier un manga seulement pour la beautés de ces personnages (snif)

Lus : 1
Abandonnés : 10
(ça m'apprendra à entasser pleins de tomes d'avance sans être sure que je vais vraiment aimer)
Achetés : 0
restants dans ma PAL : 179

mardi 3 novembre 2009

L'art du bonheur - le Dalaï Lama et Howard Cutler

J'avais ce livre depuis très très longtemps dans ma PAL et je me suis décidée à le lire lorsque j'étais en Thaïlande en septembre dernier. Et oui quoi de plus logique que de lire le Dalaï Lama dans un pays à 90% bouddhiste, entre deux visites de temples et des centaines de statues de Bouddha.

Et j'ai été déçue, je ne l'ai même pas fini.
Ce livre a en fait été écrit par Howard Cutler, psychiatre américain, suite à de nombreux entretiens privés avec le Dalaï Lama.
Cet échange entre deux mondes si différents (le psychiatre américain et le guide spirituel tibétain) s'annonçait passionnant et j'en attendais beaucoup, mais finalement je me suis ennuyée.

Je reproche deux choses à ce livre, le premier c'est d'avoir mal vieilli je trouve (il date des années 90), le deuxième c'est d'être finalement assez plat. La manière d'écrire de Howard Cutler et sa façon de retranscrire les paroles du Dalaï Lala en les aménageant à sa sauce ne m'ont pas du tout emballé.

dimanche 1 novembre 2009

L'écume des jours - Boris Vian


Voici ma toute première participation au blogoclub. Le thème en était lecture libre autour de Boris Vian, sachant que c'est le 50e anniversaire de sa mort cette année, c'était une excellente occasion pour moi de découvrir cet auteur.

J'ai choisi de lire l'écume des jours. Malheureusement, je ne suis pas arrivée à aller au bout.
J'en ai lu un bon tiers, mais j'avoue être passée complètement à côté de cette oeuvre.
Je n'ai pas accroché à l'histoire, d'ailleurs je me demande encore si il y a vraiment une histoire, je n'ai pas accroché au style d'écriture, ni à cet humour décalé, certaines scènes me sont passées complètement au dessus de la tête, et surtout il y a beaucoup d'allusions et de références que je n'ai pas comprises, car d'une autre époque (?)

J'attends de lire les billets de autres participants avec impatience.

A noter que la prochaine lecture du blogoclub pour le 1er janvier est sur le thème de la littérature italienne. le titre choisi est Si c’est un homme de Primo Levi, un livre traitant des camps de concentration. Autant le dire tout de suite le sujet me fait carrément fuir, je me sens incapable d'une telle lecture, donc je passerai ce tour.

vendredi 30 octobre 2009

Les Raisins de la colère - John Steinbeck

Ce livre nous raconte la vie quotidienne d'une famille durant la grande dépression des années 30 aux États Unis.
Suite à une tempête de poussière qui a réduit la récolte annuelle à néant, les Joad, une famille d'agriculteur se retrouvent criblés de dettes. Ils sont chassés de chez eux, privés de leur terre, comme leur voisins, comme des milliers d'autres.
Il n'y a plus de travail nul part dans la région, mais on leur fait miroiter la terre promise, la Californie, là bas soi-disant, on embauche à tour de bras pour les récoltes de fruits et de coton.
Après un voyage long et éprouvant, il ne trouveront que l'exploitation et la misère.
Pour un poste journalier, des dizaines d'ouvriers se présentent et c'est donc celui qui travaillera pour le moins cher qui est embauché. Les salaires, quand il y en a, ne suffisent bientôt plus à nourrir une famille...

Ce livre est vraiment une oeuvre magistrale, parfaitement raconté, on est vraiment plongé dans la vie de l'époque avec ce qu'elle a de pire, la misère, l'exploitation, le racisme, mais aussi de plus beau, la solidarité coute que coute, la force de la famille qui se sert les coudes, le courage, la volonté...
Voici un livre poignant, prenant et qui malheureusement reste d'actualité pour certains points.
J'ai vraiment adoré cette lecture.

Ce livre à reçu le prix Pulitzer en 1940.

Il s'agissait d'une lecture commune avec Karine:), Grominou et Restling (qui n'a pas pu publier son billet pour cause de PC en panne).

J'ai prévu de lire dans les prochains jours des souris et des hommes du même auteur.

dimanche 25 octobre 2009

Les feuilles mortes - Thomas H. Cook



Coup de coeur

La famille Moore a tout d'une famille heureuse et sans histoire. C'est ce que pense Eric Moore. Il aime sa femme, son fils Keith, 15 ans, son boulot lui plaît, ils ont pu s'acheter une maison et la vie s'écoule paisiblement.
Mais tout va s'écrouler un soir. Pour rendre service et se faire un peu d'argent de poche, Keith part faire du baby sitting chez une famille voisine, garder une petite de 8 ans. Le lendemain matin, elle a disparu...
Bien sur tous les soupçons se portent sur Keith. Ado renfermé, il semble être le coupable tout désigné.
Eric crie haut et fort que son fils est incapable d'avoir fait du mal à la petite, mais au fond de lui le doute le ronge, en est-t'il si sur que ça ? Connaît-on vraiment les gens que l'on aime ?

Car c'est cela le thème de l'histoire, le doute ! Il s'insinue comme un poison, il ronge tout et nous assistons impuissant à la destruction d'une famille.

J'ai vraiment adoré ce livre, Il y a assez peu d'action en fait, tout est psychologique. Il m'a tenu en haleine du début à la fin, je n'ai pas pu le lâcher.

Cela m'a donné envie de partager cette lecture et j'ai décidé de faire de ce livre un livre voyageur.


Je prête donc ce livre gratuitement à ceux qui m'en feront la demande, sous réserve d'avoir un blog où je pourrai lire votre avis.
N'hésitez pas :)

Edit du 08/11
Les livres a voyagé jusque chez Heclea avant de revenir dans ma bibliothèque.

mercredi 21 octobre 2009

Des poussières d'étoiles dans les yeux - Chantal Goya


"Avant, on disait de moi que j'étais une conne, aujourd'hui, je suis devenue une icône."

Chantal Goya c'est une partie de mon enfance, mes parents m'avaient même emmenée voir l'un de ses spectacles. Je me rappelle de ses chansons que je chantais et chantais encore... Je me rappelle de Bécassine, du lapin qui avait tué un chasseur, de pandi panda et tous les autres...
Je me rappelle également de cette fameuse émission qui avait signé la mort de sa carière.

Tout cela m'a donné envie de lire cette biographie, en savoir plus sur elle.
Elle y parle, de son enfance au Vietnam, de son mari Jean jacques Debout, du lancement de sa carière...
Tout un chapitre est consacré à l'émission fatale, et ensuite comment elle est repartie de zéro, les problème financiers et finalement le retour du succès grâce au milieu gay.

Le style est simpliste et sa façon de raconter parfois un peu laborieuse, mais on sent beaucoup de franchise dans cette biographie et par certains aspects ça m'a touché.

Une lecture pour la nostalgie uniquement.

lundi 19 octobre 2009

Monster (tomes 15 à 18) - Naoki Urasawa


J'ai achevé la lecture de ce manga, l'un des meilleurs que j'ai pu lire.
L'histoire est passionnante, prenante, complexe, les personnages fouillés, les dessins impeccables.
Ce manga a obtenu plusieurs prix, y compris en France et c'est bien mérité.

Je ne me lancerai pas dans un résumé de cette histoire quoi que j'en dise je serai loin de la richesse de l'intrigue.

Ce que j'adore dans ce manga c'est que les personnages secondaires sont tous intéressants, ont tous une histoire.
Vraiment je ne vois que des choses positives à dire de cette série.

Je débute ainsi mon défi PAL manga qui est je le rappelle qu'il me reste moins de 100 manga à lire dans ma bibliothèque d'ici le 1er septembre 2010 (c'est pas encore gagné...)


Lus : 4
achetés : 0
restants dans ma PAL : 190

Prochaine série dans laquelle je me (re)lance : Angel Sanctuary. J'avais commencer de la lire
il y a plusieurs années, mais sans jamais la finir. Verdict prochainement.

jeudi 15 octobre 2009

L'attrape-ceurs - J.D. Salinger

Voici un classique de la littérature américaine, datant des années 50, que j'avais envie de lire depuis un moment.
L'histoire est celle d'un jeune garçon qui vient d'être renvoyé de son école pour la énième fois, pour manque de travail et mauvais résultats.
Il n'ose pas rentrer chez ses parents, par peur de voir encore une fois la déception dans leurs yeux, il va donc errer pendant plusieurs jours dans les rues de New York et nous raconte ses rencontres, ses états d'âme, ses interrogations, sa solitude...

C'est l'image de l'adolescent qui se cherche, il ne sait ni où il va, ni ce qu'il veut.
Il fonctionne plus à l'instinct qu'à la réflexion, même s'il se pose beaucoup de questions.
Le monde le dégoute par certains aspects, on pourrait même penser qu'il n'aime rien, ni personne, mais au milieu de toute cette solitude dont il souffre, il y a sa soeur qu'il adore.
Il rêve parfois de s'enfuir, d'une vie toute simple à la campagne loin de cette ville.

Au niveau du style je ne m'attendais pas du tout à ça. C'est écrit dans un langage parlé d'adolescent assez vulgaire. J'ai été vraiment déstabilisée au départ par ce style, j'ai même pensé laisser tomber, mais j'ai persévéré et finalement je ne regrette pas de l'avoir lu pour ma culture, mais je n'ai pas apprécié plus que ça. Difficile de s'attacher à cet ado paumé.

Il s'agit de ma première lecture commune, avec kalistina, dont l'avis est assez proche du mien.

lundi 12 octobre 2009

Une gourmandise - Muriel Barbery


Il s'agit du premier roman de Muriel Barbery, l'auteur de l'élégance du hérisson.
Ayant beaucoup aimé l'élégance du hérisson, je me suis laissée tenter par ce titre qui m'avait été offert pour mon anniversaire.

le plus grand critique gastronomique du monde est sur son lit de mort, mais il est hanté par une saveur, un goût qu'il n'arrive pas à retrouver, ce sera l'occasion pour lui de repenser à sa vie, chercher dans ses souvenirs ce goût oublié...

Ce livre est vraiment une invitation à la gourmandise, il porte bien son nom. Le personnage principal pour qui la cuisine est un art se souvient de tous ces mets, de tous ces repas qui l'ont marqué, les descriptions culinaires sont alléchantes et pleines de recherches.

Mais notre critique est un homme finalement assez détestable, qui a fait de son goût pour la cuisine sa priorité, rien d'autre ne l'intéresse, même pas sa famille qu'il méprise.
Je n'ai donc absolument pas réussi à m'attacher à ce personnage et les descriptions sucré/salé n'ont pas suffit à me rendre cette lecture vraiment intéressante.

Finalement il m'en reste peu de choses.

vendredi 9 octobre 2009

Tag du moment

Voici le dernier tag du moment qui circule sur les blogs et qui m'a donné envie d'y apporter ma contribution...

1. A quel livre dois-tu ton premier souvenir de lecture ?
Je me rappelle d'un livre que me lisait ma mère et c'était l'histoire d'un chien dont j'ai oublié le nom et ce livre, je l'aimais d'amour au point que je le connaissais par coeur.
Et puis la Comtesse de Ségur, bien sur !!!

2. Quel est le chef-d'œuvre "officiel" qui te gonfle ?
Je garde un souvenir très pénible et d'ennui mortel de l'éducation sentimentale de Flaubert (lecture obligatoire à l'école).
Et vous ne me ferez plus jamais lire du Camus.

3. Quel classique absolu n'as-tu jamais lu ?
Oulala, mais pleins. Je n'ai pas fait d'études littéraires et j'ai pris le goût de la littérature plutôt tardivement, alors je comble les lacunes au fur et à mesure.

4. Quel est le livre, unanimement jugé mauvais, que tu as "honte" d'aimer ?
Bon ça m'a passé, mais dans mon jeune temps, pour me détendre, j'aimais bien les trucs à l'eau de rose genre Barbara Cartland.

5. Quel est le livre que tu as le sentiment d'être la seule à aimer ?
En règle général, comme j'aimais lire alors que je faisais des études scientifiques, je me suis souvent sentie seule avec mes livres... (j'ai eu le même problème avec l'opéra).
Bon ça c'était plus quand j'étais ado.

6. Quel livre aimerais-tu faire découvrir au monde entier ?
Les états d'âme de Christophe André (voir mon billet)

7. Quel livre ferais-tu lire à ton pire ennemi pour le torturer ?
Du Flaubert j'imagine, désolé pour ceux qui aiment Flaubert.

8. Quel livre pourrais-tu lire et relire ?
Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban. Mais je ne suis pas très relecture en général, j'ai déjà pas le temps tout de lire tout ce que je voudrais.

9. Quel livre faut-il lire pour y découvrir un aspect essentiel de ta personnalité ?
Alors ça c'est une question profonde qui nécessite réflexion... J'en sais rien du tout.

10. Quel livre t'a fait verser tes plus grosses larmes ?
Alors je suis une vraie madeleine devant la télé, mais je ne pleure quasiment jamais sur mes lectures (me demandez pas pourquoi, c'est plus intérieur je pense).

11. Quel livre t'a procuré ta plus forte émotion érotique ?
Euh... joker.

12. Quel livre emporterais-tu sur une île déserte ?
Me parlez pas d'île !!!! J'ai fini la saison 5 de Lost hier soir et je suis super frustrée !
Ceci dît leur île, pour une île déserte il y a toujours eu un monde fou dessus.
Enfin bref, déjà je ne me vois pas DU TOUT sur une île déserte et ensuite comment voulez-vous prendre un seul livre alors que ma PAL et ma LAL sont pleines à craquer...

13. De quel livre attends-tu la parution avec la plus grande impatience ?
Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates en format de poche.

14. Quel est selon toi le film adapté d'un livre le plus réussi ?
Sans hésiter, le Seigneur des Anneaux !!! J'ai eu ma phase addict.

mercredi 7 octobre 2009

l'assassin royal tome 4 : le poison de la veangeance - Robin Hobb


J'avais lu les 3 premiers tomes il y a déjà un bon moment (3 ans facile) et c'est seulement maintenant que je prends le temps de lire la suite (13 tomes au total, j'ai encore du boulot) de cette série d'inspiration fantasy.

Nous suivons les aventures de Fitz Chevalerie, fils bâtard d'un prince du royaume des Six Duchés, devenu dans l'ombre un assassin pour le compte du roi.
Fitz possède un don rare et plutôt mal vu, celui de lier son esprit avec un animal.

Attention spoiler pour la suite, à ne pas lire si vous comptez lire cette série un jour où si vous n'êtes pas arrivés au tome 4.

A la fin du tome 3, nous avions laissé Fitz pour mort, après qu'il ai été capturé et torturé par son oncle le prince Royal qui a fait asssassiner le roi son père pour prendre sa place...

Au début du tome 4, on apprend que grâce à Umbre son maître assassin, Fitz a survécu. A l'aide d'une ancienne magie, son esprit à été transféré de son corps vers celui d'Oeil de Nuit, le Loup avec lequel il a lié sa vie.
Mais suite à cela, il est devenu lui-même un loup sauvage et même après avoir réintégré son corps, son esprit d'humain semble avoir disparu.

Il faudra toute la patience de son ami Burrick qui veille sur lui, pour voir enfin réaparaître Fitz. Il lui faudra réapprendre à vivre comme un homme et non comme une bête...
Puis de nouveau livré à lui-même, il entreprendra un long voyage avec pour seul but la vengeance, car la torture qu'il a subi l'a profondément marqué et éveillé en lui ce désir de tuer son bourreau, Royal son oncle.

Voici pour une rapide présentation de ce livre... Maintenant mon avis !
J'aime énormément cette série que je trouve très intense. J'ai plusieurs fois entendu lui reprocher qu'elle était trop lente et c'est vrai que par rapport au nombre important de pages, l'action a tendance à traîner, mais c'est parce que l'auteur aime tout particulièrement décrire longuement les états d'âme et tortures psychologiques de son héros.
C'est particulièrement vrai dans ce volume où Fitz se bat la plupart du temps contre lui-même et tente de ne pas sombrer face à l'horreur de ce qu'il a subi.

En tout cas moi j'aime beaucoup et le volume 5 m'attend !

samedi 3 octobre 2009

84, charing cross road - Helene Hanff


Coup de coeur

Voici un délicieux roman épistolaire dont je recommande grandement la lecture.

84, charing cross road est l'adresse d'une librairie à Londres, où un beau jour d'après guerre, le personnel reçoit une lettre d'une américaine un peu excentrique à la recherche de livres rares et qui a vu leur publicité dans un journal.
Cette lettre sera la première d'une longue correspondance de plus de 20 ans, entre cette dame, l'équipe de la librairie et même leur famille. Entre eux c'est une véritable amitié qui va se nouer.

J'ai eu un gros gros coup de coeur pour ce livre. Il y a déjà l'aspect humain, les liens qui se tissent au fil des lettres, c'est beau et plein de sensibilité.
Il y a aussi l'aspect historique, à travers cette correspondance on en apprend beaucoup sur la situation de l'Angleterre au sortir de la guerre et des relations anglo-américaine, le rationnement alimentaire que subissent encore les anglais, c'est d'ailleurs ainsi que naît vraiment l'amitié car Hélène leur enverra des colis de nourriture depuis les Etats Unis.

Des lectures comme celle-ci j'en redemande !

mercredi 30 septembre 2009

Le voyage d'hiver - Amélie Nothomb

Je suis bien embêtée pour parler de ce livre parce que c'est un peu n'importe quoi.

L'histoire... c'est un homme qui a décidé de détourner un avion et de commettre un attentat-suicide. En attendant le décollage depuis les toilettes de l'aéroport il écrit le pourquoi du comment de son geste et son amour pour une certaine Astrolabe.

J'ai aimé certains aspects du livre, à commencer par cet humour décalé, ce grand n'importe quoi propre à Amélie Nothomb où tout est prétexte à excès. De ce fait la première moitié du livre m'a bien fait rire.
Mais au bout d'un moment trop c'est trop et ce qui me plaisait au départ à fini par devenir lourd et surtout une scène de trip aux champignons hallucinogènes m'a gênée car présentée de façon positive et presque incitative, ça je refuse de cautionner.

Je ne suis pas convaincue au final. Je préfère Amélie Nothomb dans ses délires autobiographiques, je pense bien sur à Stupeurs et tremblements, mais aussi à Métaphysique des tubes (J'avais moins aimé Ni d'Eve, ni D'adam), mais j'ai souvent du mal avec ses romans.

Avec ce livre, je démarre mon challenge du 1% de la rentrée littéraire 2009

Lu : 1/7

mardi 29 septembre 2009

Le décalogue - BD


Le décalogue est une série de BD en 10 tomes. Mais à l'origine le décalogue ce sont aussi et surtout les 10 commandements remis à Moïse sur le mont Sinaï...

Voici le synopsis de la série :
Un livre étrange appelé Nahik semble conjurer le mauvais sort pour celui qui le détient. Ce livre décrit l'existence d'un nouveau Décalogue religieux qui aurait été dicté par le prophète Mahomet et qui remettrait en cause les fondements mêmes de l'Islam, et mettrait un terme aux interprétations les plus violentes du Coran.
Qui est ce mystérieux "Alan D." dont le nom figure sur Nahik ? Ce Décalogue est-il authentique ? Et qui est ce Fernand Desnouettes dont les aquarelles reproduisent si précisément une mystérieuse omoplate de chameau sur lequel est gravé le Décalogue ?
10 tomes à travers les siècles, remontant vers le passé, à la recherche de l'origine de Nahik.

Mon avis
L'histoire semblait vraiment riche et intéressante et j'avais eu d'excellents échos de cette BD, j'en attendais donc de trop je pense car j'ai été assez déçue. Pourtant j'ai adoré l'ambiance du premier volume, mais mon enthousiasme est retombé comme un soufflet dès le deuxième, je n'ai pas du tout aimé le troisième, je me suis forcée à lire le quatrième qui ne m'a laissé aucun souvenir et au cinquième j'ai finalement laissé tombé.

Je pense avoir été gêné par le fait que les volumes sont finalement indépendants et que ayant été fait par des auteurs différents, le style varie trop (par exemple j'ai trouvé le style du troisième vraiment vieillot)

Au niveau du scénario, j'ai eu du du mal à voir où ils voulaient en finir et j'ai trouvé l'histoire trop décousue.

vendredi 25 septembre 2009

Petits riens et grands effets - Emmanuel Moïse

Ne cherchez pas ce livre en librairie, il s'agit d'un script non publié et qui ne le sera certainement jamais. Néanmoins, ça me tiens à coeur d'en parler car l'auteur n'est autre que mon père, décédé depuis plus de 4 ans maintenant.
Ce livre, c'est sa vie, ses mémoires. Mon père est décédé à l'âge de 82 ans et il a passé les 2 ou 3 dernières années de sa vie à écrire ses mémoires, il y consacrait quasiment tout son temps. Il n'avait jamais touché un ordinateur de sa vie, donc il nous a laissé un exemplaire unique écrit à la main.
Il aura fallu du temps et de la patience à ma mère pour tout reprendre en traitement de texte.
La version que j'ai lu nécessite encore corrections et relecture, mais on aimerait bien confier cela à un professionnel, puis nous voudrions en faire un vrai livre relié, avec une belle couverture. Le but n'est absolument pas de l'éditer, mais simplement d'en faire 20/30 exemplaires pour la famille.

Maintenant que j'ai expliqué l'histoire, je vais parler du contenu. Mon père n'était pas un écrivain, ce n'est bien sur pas de la grande littérature, mais son style est très touchant, très vivant, un brin théâtral (mais c'était aussi son caractère), et bien sur ce sont surtout toutes ces choses qu'il a vécues : une enfance déchirée entre entre ses parents séparés (et dans les années 30 ce n'était pas encore si courant), des fugues, des petits boulots, des amours, et puis la guerre, les séparations, les privations, les bombardements, la résistance, la torture, la libération, un premier mariage, des enfants, une fuite en avant de boulots en boulots, et puis ma mère et moi...
Bref une vie drôlement bien remplie avec toutes ses joies et ses peines, et surtout un précieux témoignage qu'il nous a laissé.

Où qu'il soit maintenant je pense à lui...

mardi 22 septembre 2009

Jésus tel que je le connais - Soeur Emanuelle


Ma première lecture de Soeur Emmanuelle, vivre à quoi ça sert, m'avait bien plu, j'ai donc continué sur ma lancée avec ce livre assez court où Soeur Emmanuelle nous parle de sa relation avec Jésus.

J'ai moins aimé ce livre que le précédent, d'abord parce qu'il y a beaucoup de redites entre les deux.
On y découvre un peu plus sa vie dans les bidonvilles du Caire, mais toute la partie sur son enfance, son adolescence, elle l'avait déjà racontée dans le premier livre.

Concernant Jésus, certains éléments m'ont intéressé, mais ayant été au cathéchisme, je n'en ai pas appris beaucoup plus.

Un livre qui ne me paraît pas indispensable.

jeudi 3 septembre 2009

C'était mon frère... : Théo et Vincent Van Gogh - Judith Perrignon


Il y a quelques mois de cela j'avais lu un livre d'art sur Van Gogh et j'avais bien aimé et appris beaucoup de choses.
C'est son portrait sur la couverture qui m'a attiré l'oeil, puis s'agissant de la relation forte qui unissait les deux frères, le sujet m'a convaincu d'acheter le livre.

Voici ce que nous dit le 4e de couverture :
Théo n'a pas survécu plus de six mois à la mort de Vincent... Au jeune frère, Judith Perrignon a emprunté sa voix et ses souvenirs pour écrire une histoire en forme de compte à rebours, un court moment où le nom de Vincent Van Gogh évoque un homme parmi d'autres et pas encore un mythe.

Construit autour de la correspondance réel de Vincent et de Théo, l'auteur nous décrit ici les pensées de Théo suite à la mort de son frère. Il tentera de faire reconnaître à tout prix la peinture et le talent de son frère, tout en se remémorant la vie du peintre et le lien fort qui les unissait.
On assiste à la déchéance de cet homme, qui tout comme son frère sombrera dans la folie avant de mourir.

J'ai aimé ce livre, néanmoins la lecture en est pesante, on est dans le malheur, la mort et la folie.
Cette lecture m'a hanté pendant les quelques jours que j'ai mis à le lire.

Extrait :
Qu'est ce donc qui me lie à mon frère, au point que je ne puisse aller sans lui ? Nous n'étions pas des jumeaux, nous étions même incapables de vivre entre les mêmes murs ! Qu'est ce donc que ces brûlures aux yeux dès le matin ? Les prunelles fixes et incandescentes, c'était lui ! Qu'est ce donc que ces absences à la vie qui va ? La déraison, la dépendance, la grandeur des rêves, l'impossible frottement à l'existence, c'était lui !
Tant de fois j'ai pensé à lui sans moi, et jamais je ne me suis soucié de l'inverse. Mais sans lui à portée de mots, je perds l'équilibre. Une moitié de moi est vide.

mardi 1 septembre 2009

Vivre, à quoi ça sert ? - Soeur Emmanuelle


Je ne suis pas forcément très croyante, mais je me pose souvent des questions existentielles (malheureusement)...
Quand j'ai vu ce livre, le titre m'a interpellé parce que c'est fondamentalement la question que je me pose régulièrement.

Ce qui m'a décidé à l'acheter c'est qu'il y est plus question de philosophie que de religion, en effet Soeur Emmanuelle y parle principalement des pensées de Blaise Pascal.

Je vous laisse juger avec le 4e de couverture :
" Si j'écris ce livre, c'est pour faire partager la libération qu'apporte la pensée de Pascal, pour proposer un chemin de sens. " Sœur Emmanuelle s'adresse à ses contemporains " poursuivis par le non-sens " et en quête de libération spirituelle. À tous ceux-là, rencontrés après trente années passées aux côtés des plus pauvres, dans les bidonvilles du Caire, elle apporte ses réflexions, fruit de la confrontation de son expérience et de sa lecture de Pascal, son maître à penser. À l'aune des Pensées du grand philosophe, elle propose en toute humilité un petit manuel pour " mieux vivre " sa condition d'Homme du XXIe siècle. Ce livre permettra à chacun, qu'il soit croyant ou non, de retrouver un chemin de paix et de joie qui apporte du sens à son existence.

Il y a deux aspects dans ce livre et j'ai aimé les deux :

Tout d'abord il y a la vie et la personnalité de Soeur Emmanuelle, je la connaissais de nom bien sur, mais j'étais loin d'imaginer la femme intelligente et brillante qu'elle était, licenciée de philosophie à 50 ans passé, avide de savoir, avec un regard si lucide sur notre société.
J'ai vraiment découvert une femme hors du commun.

Le deuxième aspect c'est la découverte de la philosphie de Blaise Pascal que je connaissais peu. A part bien sur son célèbre "je pense donc je suis", mais cette simple phrase ne veut pas dire grand chose sorti de son contexte, ici elle est expliquée de manière simple et c'est bien agréable de découvrir tout cela qui reste plus que jamais d'actualité dans notre monde où l'on essaye de nous faire croire que le sens de la vie est de consommer.

Une lecture agréable et enrichissante.

EDIT : On me l'a fait remarquer en commentaire, une erreur s'est glissée dans mon résumé. La phrase "je pense donc je suis" n'est pas de Pascal, mais de Descartes.
Comme Pascal cite cette phrase dans l'un des extraits du livre, j'ai cru que c'était de lui. Mes années de philo sont bien loin...

jeudi 27 août 2009

Lettre d'une inconnue - Stefan Zweig


Quelques mots sur l'auteur... Stefan Zweig était un ami de Freud, d'ailleurs ces livres et notamment ses biographies historiques (Marie-Antoinette, Marie Stuart...) sont réputés pour leur approche psychologique. Il s'est intéressé à la psychanalyse et est même l'un des biographes de Freud à qui il faisait lire ses nouvelles avant parution.
Dans ce livre très court, lettre d'une inconnue, Zweig s'est intéressé à l'amour, mais l'amour qui devient folie, l'amour excessif et obsessionnel.

Comme son nom l'indique, l'histoire se présente sous la forme d'une longue lettre que reçoit un jour un homme, un écrivain et cette lettre lui vient d'une inconnue.
Elle lui raconte sa vie et l'amour qu'elle lui a voué des années durant, restant dans l'ombre.
Leurs chemins se sont croisés à plusieurs reprises, sans qu'elle ne laisse rien paraître et sans qu'il ne la reconnaisse d'une fois sur l'autre.
"Tu ne m'a jamais reconnue", tel est le leitmotiv de cette lettre.

Je dois dire que j'ai absolument détesté la lecture de ce livre, c'est uniquement parce qu'il est très court que je l'ai lu en entier et encore j'ai bien failli laisser tomber une ou deux fois.

Un court extrait de la préface d'Elsa Zylberstein :
Au moment où Freud et la psychanalyse fascinent, Zweig nous dresse le portrait d'un amour destructeur qui valse avec la mort.

Mais ce genre de chose ne me touche pas et même pire m'horripile, je dois trop aimer la vie pour imaginer un seul instant l'amour et la mort sur le même plan, pour moi un tel amour ne rime à rien et de ce fait ce livre m'a agacée au plus haut point.

Mais c'est vrai quand on y réfléchit, on nous présente une histoire comme Roméo et Juliette comme le comble du romantisme, mais moi je n'y voit que passion excessive de jeunesse et mourir pour cela m'a toujours paru aberrant.

Néanmoins, je ne suis pas fâchée avec Zweig, ses biographies de Marie-Antoinette et Marie Stuart sont dans ma PAL

lundi 24 août 2009

Madame Elisabeth, soeur de Louis XVI - Elisabeth Reynaud


On s'intéresse ici au destin d'Elisabeth, soeur de Louis XVI, personnage secondaire de l'Histoire dont on parle rarement.
J'ai donc découvert un beau portrait de femme. Dans la première partie on voit apparaître une enfant vive, peu intéressée par les études, passionnée de chevaux et excellente cavalière, n'hésitant pas à suivre ses frères à la chasse.
Moins futile que Marie-Antoinette dont elle est néanmoins extrêmement proche, elle s'occupe beaucoup des pauvres et des malades, toujours soucieuse des gens qui l'entoure et de ses amis. Elle ne se mariera jamais, ne voulant pas quitter ses frères qu'elle adore.

Et bien sur, après les fastes de la vie à Versailles, la Révolution éclate, elle refusera de s'exiler comme tant d'autre, emprisonner avec son frère, sa belle-soeur et leurs enfants, elle vivra avec eux les humiliations, les insultes, la vie rude, la mort qui semble inévitable et un monde qui s'écroule. Elle essayera de convaincre son frère de fuir, hélas celui-ci ne veux pas et quand enfin il se décide il est beaucoup trop tard (c'est la fameuse fuite à Varennes et son retentissant échec).
Elle sera leur soutien jusqu'à la fin, jusqu'à son procès expéditif et son passage à la guillotine, elle avait à peine 30 ans.

J'ai trouvé ce livre terriblement touchant, parfois on aimerai que l'histoire soit différente, que ça ne finisse pas si mal.
Les horreurs de la révolution font froid dans le dos, tant de sauvagerie et de haine incontrôlable qui pousse aux pires extrémités.

Une très belle biographe.

mercredi 19 août 2009

Un bébé ? Non merci... - Emily Giffin


Depuis qu'elle est toute petite, Claudia sait avec conviction qu'elle ne veut pas avoir d'enfant. Au départ ses affirmations de petite fille on fait rire sa famille, "tu verras, ça changera", sauf que non !
Passés les premiers amours d'adolescente, devenue une femme, cela lui pose pas mal de soucis car les hommes qu'elle aime se heurtent tous à ce refus catégorique.
Jusqu'à Ben, car Ben est comme elle, il veut profiter de la vie sans enfant.
Tout est beau dans le meilleur des mondes, grand amour, mariage, mais voila, au bout de 2 années parfaites, Ben change soudainement d'avis et se verrait bien père...
Rien ne va plus !

Claudia doit-elle se résigner à perdre son grand amour et tourner la page ou revenir sur sa décision ?

Voici un roman féminin fort agréable, que j'ai beaucoup apprécié et qui m'a bien changé les idées lors d'une petite semaine de vacances en Bretagne (entre crêpes et ballades)

J'ai aimé le titre un brin provocateur (je pense que peu de femmes vont crier haut et fort qu'elles ne veulent pas d'enfants), j'ai aimé le ton moderne et juste, j'ai aimé toute l'histoire y compris la fin.

Bien sur il y a des reproches à faire, un manque de profondeur des personnages, une histoire un peu trop fleur bleu, des rebondissements prévisibles et beaucoup de pages pour un scénario finalement simpliste.
Mais malgré tout le ton du livre m'a plus et pour les vacances c'était très agréable de s'y plonger.

samedi 15 août 2009

L'homme qui voulait être heureux - Laurent Gounelle


Après avoir tellement aimé lire "les états d'âme" de Christophe André (voir un de mes billets précédents), j'ai voulu rester dans le même style de lecture, celui qui fait du bien à l'âme... mon choix s'est porté sur ce titre.
L'auteur se présente comme un "spécialiste du développement personnel", ce qui veut tout dire et rien dire...

L'histoire se passe sur l'île de Bali. Notre héros, un vacancier, homme lambda à qui tout lecteur (occidental) peut s'identifier décide d'aller voir un un vieux guérisseur qui est tellement réputé qu'on vient du monde entier pour le voir. Au départ il ne sait même pas pourquoi il veut le voir, c'est juste par curiosité. Au fil de plusieurs rencontres il va l'amener à reconsidérer sa vie.

L'auteur essaye, à travers son guérisseur de nous montrer que notre vision du monde est faussée, si on est triste, on verra la tristesse, alors que si on est heureux, nous aurons l'impression que le monde est beau...
Si on se trouve gros, les gens nous verrons gros car c'est l'image que nous projetons sur eux (je ne suis pas totalement convaincue sur ce point là).
Une personne à qui l'on a répété dans son enfance qu'elle est nulle en sera persuadée et se maintiendra inconsciemment en état d'échec, sure que de toute façon elle ne peut rien réussir.
Ce sont quelques exemples.

Je n'ai pas aimé plus que ça cette lecture. L'auteur a essayer d'enrober ses préceptes de développement personnel dans un roman, mais le résultat est trop artificiel. Je n'ai pas trouvé le personnage du guerisseur vraiment crédible.

Par contre, toute une partie traitant de l'impact du mental sur la maladie est assez impressionnante, même si ça ne me surprend pas.
Par exemple les gens qui vont mieux alors qu'ils ont pris un placebo, ou plus marquant encore, le pourcentage de gens qui ont perdu leurs cheveux pensant suivre une chimiothérapie alors que c'était également un placebo (je crois que c'est pas loin de 30% si mes souvenirs sont exacts)...
Mais le livre balance pas mal de chiffres dans ce genre, issus selon l'auteur d'études scientifiques, mais comme les sources ne sont pas citées précisément, cela mériterait tout de même une vérification.

La morale de l'histoire, ce côté "quand on veut on peut" est assez pénible je trouve et me parait loin de la réalité.
J'ai vu venir la fin gros comme une maison et je n'ai pas été convaincue.

mardi 11 août 2009

Les états d'âme - Christophe André

Description
Bonne humeur, paix intérieure, confiance, sérénité... Mais aussi cafard, inquiétude, nostalgie, agacement, désespoir... Mélange subtil d'émotions et de pensées, nos états d'âme sont le cœur battant de notre lien au monde. Toujours présents, toujours influents, ils accompagnent chaque moment de notre vie. Ce livre va nous aider à les comprendre et à les moduler. Savoir descendre en soi, accueillir ses états d'âme et les faire évoluer peut tout changer dans notre vie. Et nous guider alors vers un petit peu plus de bonheur, de sagesse et de sérénité.

A propos de l'auteur

A une période pas si lointaine où je n'allais qu'à moitié bien, j'ai lu beaucoup de livres écrits par des psy, avec l'espoir absurde d'y trouver la révélation et la recette absolue du bonheur (non je ne suis pas exigeante...)
Et j'ai arrêté parce que j'ai fini par réaliser qu'en fait ça me faisait plus de mal qu'autre chose, à lire des recettes toutes faites et des grandes soi-disant vérités écrites par des types en mal de publication et de fric...
Exception faite d'un auteur, Christophe André, parce qu'il a quelque chose de primordial à mes yeux, dans sa façon d'aborder la psychologie, il est profondément humain et s'adresse à tout le monde.
D'ailleurs le succès de ses livres le démontrent bien.

Mon avis sur le livre
Dans la première partie tous nos états d'âme sont passés au crible, les positifs, les négatifs, les "les 2 à la fois", comme la nostalgie.
Percevoir les états d'âme "parasites" qui nous pourrissent souvent plus la vie qu'autre chose, telle la rumination, la colère...

Dans une deuxième partie, on essaye d'accéder à un peu plus de sérénité, prendre du recul par rapport à notre société de surconsommation (on n'est pas plus heureux quand on possède des milliers de choses, c'est même souvent le contraire qui se passe, on en veut encore plus) et de surmédiatisation , mais aussi appréhender la vie en pleine conscience, vivre l'instant présent parce que c'est le plus important. Tellement de gens vivent dans le passé ou ne font qu'espérer ou redouter un avenir hypothétique (moi la première...) et passent à côté de la vie qui est là à chaque instant.

Une très belle phrase de ce livre qui m'a marquée : "Il n'y a pas de temps perdu, que du temps vécu"

Une amorce de chapitre qui m'a également interpellé, une phrase de Jean Anouilh :
"Je sais ce que vous allez me dire. ll faut rentrer en vous-même. Je suis rentré en moi-même plusieurs fois. Seulement, voilà, il n’y avait personne. Alors, au bout d’un moment, j’ai eu peur et je suis ressorti faire du bruit dehors pour me rassurer."
Voici donc un livre lumineux, humain, accessible à tous, qui nous pousse à l'introspection et qui nous invite à plus de sérénité et de sagesse.

samedi 8 août 2009

Conseils d'Amie a la Clientele - Anna Sam


Description
Cette fois, Anna Sam passe de l'autre côté. Ce n'est plus son expérience de caissière qu'elle nous raconte, mais son expérience de cliente dans les grandes surfaces. Saura-t-elle déjouer tous les pièges que nous tendent les responsables de rayons ? Parviendra-t-elle à faire son choix entre les 101 variétés de yaourts nature ? Et quand son caddie entrera en collision avec celui d'une honnête ménagère qui ne demandait rien à personne, pourra-t-elle s'en sortir sans appeler les pompiers ? Elle est bien placée, elle, pour nous donner des conseils d'amie et pour nous aider dans le monde déroutant de la grande consommation. Avec le même humour qui a fait le succès des Tribulations d'une caissière, avec le même sens de l'observation, elle nous fournit le guide indispensable de l'acheteur en grande surface.

Mon avis
Ayant apprécié de lire ses tribulations d'une caissière, j'ai acheté le 2e livre de Anna Sam. Quelle déception !
Il est clair que devant le succès de son premier livre, on l'a poussé à en faire un 2e, mais qu'elle n'avait plus rien à dire. C'est totalement insipide, sans intérêt. Ses "conseils d'amie" ne sont que des platitudes. J'ai lu le début, survolé la fin et je l'ai refermé en regrettant bien mes 15 euros !

Les tribulations d'une caissière - Anna Sam


Description

Que voit-on du monde et des gens quand on les voit du point de vue d’une caissière de grande surface ? Que sait-elle de nous en voyant ce que nous achetons, ce que nous disons, les questions que nous posons ? Le passage en caisse est en réalité un moment très particulier. À tort, nous pensons que tout est neutre dans cette opération et nous ne nous surveillons pas. La caissière est pour nous un regard aveugle, à la limite elle est elle-même une machine. Nous nous montrons donc comme nous sommes. Et lorsque la caissière s’appelle Anna Sam, qu’elle est titulaire d’une licence de lettres et qu’elle n’a pas les yeux dans la poche de sa blouse, elle saisit sur le vif nos petits mensonges, nos petites lâchetés, nos habitudes plus ou moins bizarres, et elle en fait un livre qui ne ressemble à aucun autre.

Mon avis
J'ai bien aimé ce livre, c'est drôle et je pense qu'on peut tous se reconnaître dans les descriptions qu'elle peut faire des clients, même si le culot et le sans gène de certains est assez impressionnant (mais est-ce surprenant...)
Une lecture agréable, pour voir les choses sous un autre point de vue.
Ne pas non plus s'attendre à de la grande littérature, malgré sa licence de lettre, ça reste très léger.