mercredi 30 septembre 2009

Le voyage d'hiver - Amélie Nothomb

Je suis bien embêtée pour parler de ce livre parce que c'est un peu n'importe quoi.

L'histoire... c'est un homme qui a décidé de détourner un avion et de commettre un attentat-suicide. En attendant le décollage depuis les toilettes de l'aéroport il écrit le pourquoi du comment de son geste et son amour pour une certaine Astrolabe.

J'ai aimé certains aspects du livre, à commencer par cet humour décalé, ce grand n'importe quoi propre à Amélie Nothomb où tout est prétexte à excès. De ce fait la première moitié du livre m'a bien fait rire.
Mais au bout d'un moment trop c'est trop et ce qui me plaisait au départ à fini par devenir lourd et surtout une scène de trip aux champignons hallucinogènes m'a gênée car présentée de façon positive et presque incitative, ça je refuse de cautionner.

Je ne suis pas convaincue au final. Je préfère Amélie Nothomb dans ses délires autobiographiques, je pense bien sur à Stupeurs et tremblements, mais aussi à Métaphysique des tubes (J'avais moins aimé Ni d'Eve, ni D'adam), mais j'ai souvent du mal avec ses romans.

Avec ce livre, je démarre mon challenge du 1% de la rentrée littéraire 2009

Lu : 1/7

mardi 29 septembre 2009

Le décalogue - BD


Le décalogue est une série de BD en 10 tomes. Mais à l'origine le décalogue ce sont aussi et surtout les 10 commandements remis à Moïse sur le mont Sinaï...

Voici le synopsis de la série :
Un livre étrange appelé Nahik semble conjurer le mauvais sort pour celui qui le détient. Ce livre décrit l'existence d'un nouveau Décalogue religieux qui aurait été dicté par le prophète Mahomet et qui remettrait en cause les fondements mêmes de l'Islam, et mettrait un terme aux interprétations les plus violentes du Coran.
Qui est ce mystérieux "Alan D." dont le nom figure sur Nahik ? Ce Décalogue est-il authentique ? Et qui est ce Fernand Desnouettes dont les aquarelles reproduisent si précisément une mystérieuse omoplate de chameau sur lequel est gravé le Décalogue ?
10 tomes à travers les siècles, remontant vers le passé, à la recherche de l'origine de Nahik.

Mon avis
L'histoire semblait vraiment riche et intéressante et j'avais eu d'excellents échos de cette BD, j'en attendais donc de trop je pense car j'ai été assez déçue. Pourtant j'ai adoré l'ambiance du premier volume, mais mon enthousiasme est retombé comme un soufflet dès le deuxième, je n'ai pas du tout aimé le troisième, je me suis forcée à lire le quatrième qui ne m'a laissé aucun souvenir et au cinquième j'ai finalement laissé tombé.

Je pense avoir été gêné par le fait que les volumes sont finalement indépendants et que ayant été fait par des auteurs différents, le style varie trop (par exemple j'ai trouvé le style du troisième vraiment vieillot)

Au niveau du scénario, j'ai eu du du mal à voir où ils voulaient en finir et j'ai trouvé l'histoire trop décousue.

vendredi 25 septembre 2009

Petits riens et grands effets - Emmanuel Moïse

Ne cherchez pas ce livre en librairie, il s'agit d'un script non publié et qui ne le sera certainement jamais. Néanmoins, ça me tiens à coeur d'en parler car l'auteur n'est autre que mon père, décédé depuis plus de 4 ans maintenant.
Ce livre, c'est sa vie, ses mémoires. Mon père est décédé à l'âge de 82 ans et il a passé les 2 ou 3 dernières années de sa vie à écrire ses mémoires, il y consacrait quasiment tout son temps. Il n'avait jamais touché un ordinateur de sa vie, donc il nous a laissé un exemplaire unique écrit à la main.
Il aura fallu du temps et de la patience à ma mère pour tout reprendre en traitement de texte.
La version que j'ai lu nécessite encore corrections et relecture, mais on aimerait bien confier cela à un professionnel, puis nous voudrions en faire un vrai livre relié, avec une belle couverture. Le but n'est absolument pas de l'éditer, mais simplement d'en faire 20/30 exemplaires pour la famille.

Maintenant que j'ai expliqué l'histoire, je vais parler du contenu. Mon père n'était pas un écrivain, ce n'est bien sur pas de la grande littérature, mais son style est très touchant, très vivant, un brin théâtral (mais c'était aussi son caractère), et bien sur ce sont surtout toutes ces choses qu'il a vécues : une enfance déchirée entre entre ses parents séparés (et dans les années 30 ce n'était pas encore si courant), des fugues, des petits boulots, des amours, et puis la guerre, les séparations, les privations, les bombardements, la résistance, la torture, la libération, un premier mariage, des enfants, une fuite en avant de boulots en boulots, et puis ma mère et moi...
Bref une vie drôlement bien remplie avec toutes ses joies et ses peines, et surtout un précieux témoignage qu'il nous a laissé.

Où qu'il soit maintenant je pense à lui...

mardi 22 septembre 2009

Jésus tel que je le connais - Soeur Emanuelle


Ma première lecture de Soeur Emmanuelle, vivre à quoi ça sert, m'avait bien plu, j'ai donc continué sur ma lancée avec ce livre assez court où Soeur Emmanuelle nous parle de sa relation avec Jésus.

J'ai moins aimé ce livre que le précédent, d'abord parce qu'il y a beaucoup de redites entre les deux.
On y découvre un peu plus sa vie dans les bidonvilles du Caire, mais toute la partie sur son enfance, son adolescence, elle l'avait déjà racontée dans le premier livre.

Concernant Jésus, certains éléments m'ont intéressé, mais ayant été au cathéchisme, je n'en ai pas appris beaucoup plus.

Un livre qui ne me paraît pas indispensable.

jeudi 3 septembre 2009

C'était mon frère... : Théo et Vincent Van Gogh - Judith Perrignon


Il y a quelques mois de cela j'avais lu un livre d'art sur Van Gogh et j'avais bien aimé et appris beaucoup de choses.
C'est son portrait sur la couverture qui m'a attiré l'oeil, puis s'agissant de la relation forte qui unissait les deux frères, le sujet m'a convaincu d'acheter le livre.

Voici ce que nous dit le 4e de couverture :
Théo n'a pas survécu plus de six mois à la mort de Vincent... Au jeune frère, Judith Perrignon a emprunté sa voix et ses souvenirs pour écrire une histoire en forme de compte à rebours, un court moment où le nom de Vincent Van Gogh évoque un homme parmi d'autres et pas encore un mythe.

Construit autour de la correspondance réel de Vincent et de Théo, l'auteur nous décrit ici les pensées de Théo suite à la mort de son frère. Il tentera de faire reconnaître à tout prix la peinture et le talent de son frère, tout en se remémorant la vie du peintre et le lien fort qui les unissait.
On assiste à la déchéance de cet homme, qui tout comme son frère sombrera dans la folie avant de mourir.

J'ai aimé ce livre, néanmoins la lecture en est pesante, on est dans le malheur, la mort et la folie.
Cette lecture m'a hanté pendant les quelques jours que j'ai mis à le lire.

Extrait :
Qu'est ce donc qui me lie à mon frère, au point que je ne puisse aller sans lui ? Nous n'étions pas des jumeaux, nous étions même incapables de vivre entre les mêmes murs ! Qu'est ce donc que ces brûlures aux yeux dès le matin ? Les prunelles fixes et incandescentes, c'était lui ! Qu'est ce donc que ces absences à la vie qui va ? La déraison, la dépendance, la grandeur des rêves, l'impossible frottement à l'existence, c'était lui !
Tant de fois j'ai pensé à lui sans moi, et jamais je ne me suis soucié de l'inverse. Mais sans lui à portée de mots, je perds l'équilibre. Une moitié de moi est vide.

mardi 1 septembre 2009

Vivre, à quoi ça sert ? - Soeur Emmanuelle


Je ne suis pas forcément très croyante, mais je me pose souvent des questions existentielles (malheureusement)...
Quand j'ai vu ce livre, le titre m'a interpellé parce que c'est fondamentalement la question que je me pose régulièrement.

Ce qui m'a décidé à l'acheter c'est qu'il y est plus question de philosophie que de religion, en effet Soeur Emmanuelle y parle principalement des pensées de Blaise Pascal.

Je vous laisse juger avec le 4e de couverture :
" Si j'écris ce livre, c'est pour faire partager la libération qu'apporte la pensée de Pascal, pour proposer un chemin de sens. " Sœur Emmanuelle s'adresse à ses contemporains " poursuivis par le non-sens " et en quête de libération spirituelle. À tous ceux-là, rencontrés après trente années passées aux côtés des plus pauvres, dans les bidonvilles du Caire, elle apporte ses réflexions, fruit de la confrontation de son expérience et de sa lecture de Pascal, son maître à penser. À l'aune des Pensées du grand philosophe, elle propose en toute humilité un petit manuel pour " mieux vivre " sa condition d'Homme du XXIe siècle. Ce livre permettra à chacun, qu'il soit croyant ou non, de retrouver un chemin de paix et de joie qui apporte du sens à son existence.

Il y a deux aspects dans ce livre et j'ai aimé les deux :

Tout d'abord il y a la vie et la personnalité de Soeur Emmanuelle, je la connaissais de nom bien sur, mais j'étais loin d'imaginer la femme intelligente et brillante qu'elle était, licenciée de philosophie à 50 ans passé, avide de savoir, avec un regard si lucide sur notre société.
J'ai vraiment découvert une femme hors du commun.

Le deuxième aspect c'est la découverte de la philosphie de Blaise Pascal que je connaissais peu. A part bien sur son célèbre "je pense donc je suis", mais cette simple phrase ne veut pas dire grand chose sorti de son contexte, ici elle est expliquée de manière simple et c'est bien agréable de découvrir tout cela qui reste plus que jamais d'actualité dans notre monde où l'on essaye de nous faire croire que le sens de la vie est de consommer.

Une lecture agréable et enrichissante.

EDIT : On me l'a fait remarquer en commentaire, une erreur s'est glissée dans mon résumé. La phrase "je pense donc je suis" n'est pas de Pascal, mais de Descartes.
Comme Pascal cite cette phrase dans l'un des extraits du livre, j'ai cru que c'était de lui. Mes années de philo sont bien loin...