mardi 1 septembre 2009

Vivre, à quoi ça sert ? - Soeur Emmanuelle


Je ne suis pas forcément très croyante, mais je me pose souvent des questions existentielles (malheureusement)...
Quand j'ai vu ce livre, le titre m'a interpellé parce que c'est fondamentalement la question que je me pose régulièrement.

Ce qui m'a décidé à l'acheter c'est qu'il y est plus question de philosophie que de religion, en effet Soeur Emmanuelle y parle principalement des pensées de Blaise Pascal.

Je vous laisse juger avec le 4e de couverture :
" Si j'écris ce livre, c'est pour faire partager la libération qu'apporte la pensée de Pascal, pour proposer un chemin de sens. " Sœur Emmanuelle s'adresse à ses contemporains " poursuivis par le non-sens " et en quête de libération spirituelle. À tous ceux-là, rencontrés après trente années passées aux côtés des plus pauvres, dans les bidonvilles du Caire, elle apporte ses réflexions, fruit de la confrontation de son expérience et de sa lecture de Pascal, son maître à penser. À l'aune des Pensées du grand philosophe, elle propose en toute humilité un petit manuel pour " mieux vivre " sa condition d'Homme du XXIe siècle. Ce livre permettra à chacun, qu'il soit croyant ou non, de retrouver un chemin de paix et de joie qui apporte du sens à son existence.

Il y a deux aspects dans ce livre et j'ai aimé les deux :

Tout d'abord il y a la vie et la personnalité de Soeur Emmanuelle, je la connaissais de nom bien sur, mais j'étais loin d'imaginer la femme intelligente et brillante qu'elle était, licenciée de philosophie à 50 ans passé, avide de savoir, avec un regard si lucide sur notre société.
J'ai vraiment découvert une femme hors du commun.

Le deuxième aspect c'est la découverte de la philosphie de Blaise Pascal que je connaissais peu. A part bien sur son célèbre "je pense donc je suis", mais cette simple phrase ne veut pas dire grand chose sorti de son contexte, ici elle est expliquée de manière simple et c'est bien agréable de découvrir tout cela qui reste plus que jamais d'actualité dans notre monde où l'on essaye de nous faire croire que le sens de la vie est de consommer.

Une lecture agréable et enrichissante.

EDIT : On me l'a fait remarquer en commentaire, une erreur s'est glissée dans mon résumé. La phrase "je pense donc je suis" n'est pas de Pascal, mais de Descartes.
Comme Pascal cite cette phrase dans l'un des extraits du livre, j'ai cru que c'était de lui. Mes années de philo sont bien loin...

2 commentaires:

  1. "Je pense, donc je suis", c'est de René Descartes et non de Pascal.

    RépondreSupprimer
  2. Autant pour moi, Pascal reprend cette phrase dans son oeuvre (dans un extrait cité par Soeur Emmanuelle) et j'ai donc cru que c'était de lui (mes années de philo sont loin...)

    RépondreSupprimer