samedi 3 décembre 2016

Un goût de cannelle et d'espoir - Sarah McCoy


Nous sommes en Allemagne en 1944. Les Schmidt tiennent une boulangerie qui marche plutôt bien, même s'ils pâtissent des restrictions. Elsie leur fille, à 16 ans et comme ses parents elle soutient le régime nazi, mais le soir de Noël, son chemin croise celui de Tobias, un petit garçon juif sorti d'un camp et recherché par la Gestapo...
Au Texas en 2007, Reba qui est journaliste doit écrire un article sur les différentes façons de fêter Noël dans le monde, elle a décidé d'interviewer Elsie qui tient une boulangerie allemande.

Je cherchais une première lecture sur le thème de Noël et quelqu'un sur livraddict conseillait ce roman qui commence à Noël 1944 et sent bon les viennoiseries.
Parler des allemands pendant la guerre m'a beaucoup intéressée, savoir comment ils vivaient, leur quotidien...

Au départ Elsie comme ses parents soutient Hitler, on sent l'endoctrinement mais aussi la peur, ils n'ont pas le choix et la moindre parole qui n'irait pas dans le droit chemin peut leur couter cher, surtout qu'étant en bon terme avec les soldats allemands et leur fournissant le pain, ils reçoivent en échange les ingrédients nécessaires pour continuer à faire tourner la boulangerie.
Hazel la soeur d'Elsie a été recrutée par le Lebensborn, qui est une sorte de foyer ou des allemandes vivaient afin de mettre au monde des enfants aryen pure souche qui appartiendraient à la patrie et seraient l'élite du futur empire.
A 1/2 mot dans les lettres échangées entre les 2 soeurs on comprend surtout qu'Hazel n'est pas traité mieux qu'une prostituée pour les SS.
Ce 24 décembre Elsie se rend à la soirée de Noël du parti nazi accompagnée d'un officier qui a des vues sur elle. Mais cette soirée va mal tourner et de retour à la boulangerie, elle croise le petit Tobias. Que fera-t'elle ?

Il y a en fait deux histoires et deux époques qui alternent tout au long du roman, leur point commun étant Elsie.
Car une autre partie du roman se déroule en 2007 où Elsie qui est maintenant une vieille dame et sa fille se lie d'amitié avec Reba une journaliste. Celle-ci est amoureuse de Riki un garde frontière qui vit assez mal son travail qui consiste principalement à renvoyer chez eux des mexicains sans papiers.
Reba est hantée par la mémoire de son père qui s'est suicidé et a bien du mal à s'engager pleinement dans sa relation avec Riki et savoir vraiment ce qu'elle veut. Reba est touchante mais un peu agaçante.
Cette partie est un peu moins intéressante que l'autre. on sent que l'auteur essaye de faire un parallèle un peu maladroit entre les deux époques avec le dilemme de Riki qui doit reconduire à la frontière des femmes et des enfants mexicains tentant de fuir un pays où ils ne sont pas en sécurité, il est tiraillé entre sa droiture, la nécessité de faire respecter les lois et le côté humain tout comme la Elsie de 1944 doit faire un choix entre les règles imposées par son pays, sa sécurité et celle de sa famille et cet enfant juif tombé du ciel.

J'ai plutôt bien aimé ce roman, c'est une belle histoire, la plume est agréable sans être exceptionnelle, l'histoire touchante et intéressante. J'ai surtout apprécié d'en apprendre plus sur l'Allemagne en 1944.
L'autre partie est un peu moins intéressante et assez cousu de fil blanc, mais ça se laisse lire.

A la fin du livre on trouvera même les recettes des pâtisseries allemandes évoquées tout au long du roman.

1 commentaire:

  1. Décidément, tout le monde parle de ce livre aujourd'hui ^^ Je ne l'ai pas lu mais les différents avis m'intriguent j'avoue :)

    RépondreSupprimer