jeudi 24 juin 2010

l'ombre du vent - Carlos Ruiz Zafon


J'ai déjà lu ce livre depuis un moment, je me décide enfin à écrire un billet.
J'avais attendu d'être en vacances à Barcelone au mois de mai pour me plonger dans ce roman.

Présentation de l'éditeur :
Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du Vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.

Mon avis :
Voici un roman que j'ai vraiment adoré, envoutant, prenant. Et puis j'ai beaucoup apprécié de voir les personnages évoluer dans des lieux et des quartiers dans lesquels je venais moi-même de me promener.
Le contexte historique est intéressant également.

Pourtant je dois dire que le côté un peu extrême des personnages m'a parfois agacé, et que j'avais compris le fin mot de l'histoire bien avant la fin.
Malgré cela, c'est vraiment le genre de livre qu'on a du mal à lâcher et qui m'a poursuivi un bon moment.
Un livre formidable donc que je recommande.

Du même auteur, il y a le cadeau de l'ange, je me demande s'il est aussi bien.

Et je dois dire aussi que certains passages faisant référence au diable ou aux esprits, lus bien sur avant de dormir m'ont légèrement fichu les pétoches ^^; ( faut dire que ce genre de sujet me fait vraiment flipper. lol)

Et une lecture de plus pour mon challenge ABC.

vendredi 18 juin 2010

Swap café

C'est aujourd'hui le grand jour du swap café organisée par Armande.
Je crois être devenue légèrement accro aux swaps, d'ailleurs je n'en ai plus en cours et je sens comme un manque...

Mais parlons du café. Ma swapée et swapeuse était Sofy. Et je dois dire que j'ai été merveilleusement gâtée.

Voici un aperçu des paquets avant déballage


Il y avait donc deux paquets de café, commerce équitable, accompagnés de bâtonnets de sucre candi roux ou blanc. Le sucre était très agréable et d'ailleurs je les ai déjà tous utilisés ^^


Le colis contenait également un mug très sympathique et deux paquets de madeleines, car j'adore les madeleines, surtout avec le café.


Et pour finir, trois livres, un polar, l'ivresse des falaises que je vais découvrir avec plaisir, le loup et la colombe, un aventures et passions historique se passant au temps de Guillaume le Conquérant et le Montespan de Jean Teulé que je voulais lire depuis longtemps.
Un excellent choix donc. Chaque livre est accompagné de son marque-page fait main sur le thème du swap avec un petit mot de Sofy, c'est une attention que j'ai vraiment beaucoup appréciée.

Encore mille mercis à Sofy et à Armande pour ce swap bien sympathique !!

lundi 14 juin 2010

Quand j'étais nietzchéen - Alexandre Lacroix


Il s'agit ici d'un récit autobiographique sur l'adolescence. D'ailleurs le sous-titre du livre est "l'adolescence à coups de marteau", ce qui résume tout à fait l'esprit du livre.

Je pense que le mieux est encore de laisser parler l'auteur lui-même pour présenter ce livre...

" A seize ans, j'ai découvert les livres de Nietzsche. J'ai lu La Généalogie de la morale au moment de mon anniversaire. Ces lectures m'ont plongé dans une douce, amère et terrible folie. Leur effet a duré un peu plus d'un an. Pendant quatorze mois, j'ai vu le monde, j'ai parlé, j'ai agi, j'ai respiré même à travers Nietzsche. Rien d'autre n'existait, j'étais habité par sa pensée, possédé par elle. Le livre que vous tenez entre les mains est une reconstitution, aussi fidèle que la mémoire le permet, de cette possession. "

'Quandj'étais nietzschéen, je ne savais même pas écrire l'adjectif.J'hésitais toujours sur ces foutues consommes, sur l'ordre exact dans lequel il faut placer le s, le z, le c, le t et le h : schzt ? chszt ? zchtzschzt ? (...) Quandj'étais en pleine crise d'adolescence, que je vouais un culte à l'ennemi de tous les cultes, je me trompais à chaque coup sur le nom de mon idole. Mais peu importe. Quandj'étais nitszchéain, je m'estimais largement au-dessus des règles et des conventions en tous genres. Un surhomme n'a pas besoin de l'orthographe.'

J'ai beaucoup aimé cette lecture, les paragraphes sont courts et percutants, le style assez cru mais jamais vulgaire.
Une vision de l'adolescence qui cherche ses limites, qui veut s'affranchir de la morale.
Je trouve que tout sonne juste dans ce livre, c'est profond et plein de sens, dérangeant parfois.

C'est avec ce genre de lecture que je suis contente de participer à des challenges car sans le challenge du 1% de la rentrée littéraire, je n'aurais jamais eu l'idée de le lire, je serais passée à côté et ça aurait été fort dommage.


jeudi 3 juin 2010

les Hauts de Hurlevent - Emily Brontë


Voici une lecture que je voulais faire depuis longtemps et que je ne regrette pas, même si c'était assez loin de ce à quoi je m'attendais.

J'ai aimé le style et l'histoire, je n'ai pas trouvé de longueur dans le récit, c'est agréable à lire. Je me suis vraiment imaginée perdue et solitaire dans le froid et le vent des Hauts de Hurlevent.

Par contre je m'attendais à une histoire plus romanesque et des personnages moins tranchés.
Car aucun des personnages de cette histoire n'est vraiment présenté sous un bon jour, ce n'est que noirceur, égoïsme, solitude, vengeance, mépris, souffrance... mêmes les personnages moins sombres sont capricieux et guère attachants.
Donc une lecture pas désagréable, mais qui ne m'a pas transportée et d'une noirceur de sentiments assez surprenante.
Je comprends que ce livre ai pu choquer à l'époque, surtout écrit par une jeune femme.

Cette lecture compte pour mon challenge ABC et également pour le challenge english classics.

C'était également une lecture commune organisée sur le forum livradict, avec quelques jours de retard en ce qui me concerne.