samedi 22 novembre 2014

A la bibliothèque avec mon fils


Lorsque je suis devenue maman, je me voyais emmenant fièrement mon fils à la bibliothèque, partageant avec lui un moment calme et culturel.
Ca c'était avant !

La réalité des premières années fut plutôt : dans quelle galère je vais aller me fourrer d'emmener mon fils dans un endroit où il faudra ne pas parler trop fort, ne pas courir partout, ne pas s'énerver, ranger les livres à leur place...
Bref, j'avais fait une croix dessus, snif.

Mais sa rentrée en maternelle lui a fait beaucoup de bien et le cap difficile des 3 ans semble loin derrière nous (Ouf).
Et comme il adore les livres, notre temps lecture du soir est vraiment devenu incontournable, je voulais pouvoir lui faire lire d'autre chose, élargir nos horizons sans dépenser des fortunes, surtout qu'il est très demandeur et pose beaucoup de questions.
J'ai profité des vacances de la Toussaint pour notre première excursion à la bibliothèque municipale.
Cela s'est très bien passé, il a beaucoup aimé et j'ai eu deux bonnes surprises, la première étant que pour les enfants l'emprunt des livres est gratuit, la deuxième fut devant le choix des livres et albums proposés.

Je ferai donc de temps en temps une petite sélection des lectures de mon fils, ceux de la bibliothèque, mais aussi ceux que j'achète.

Il y a une série de livres que j'aime beaucoup et que je trouve très bien faite, c'est sont les p'tits docs de chez Milan jeunesse.
Le premier que j'ai acheté était pendant les vacances d'été pour parler de l'école maternelle. Il est bien fait et décrit une journée type à l'école.


A la bibliothèque nous avons emprunté celui sur la mer qu'il adore et qui est très complet, on y parle des marées, des animaux marins, des grands fonds, de la plage, mais aussi des différents types de bateaux (pêche, commerce, croisières...), en finissant par les problèmes relatifs à l'écologie dont les marée noires.






Puis il y a eu les dinosaures, ça intéresse toujours les petits garçons et ça change des chevaliers et des pirates...


Le dernier que nous avons lu est sur la lune, car il m'avait posé des questions dessus, notamment sur pourquoi parfois on ne voit pas la lune en entier.
Celui là je le trouve un petit peu compliqué pour son âge, il ne peut pas comprendre encore la notion de planète, je ne sais d'ailleurs pas vraiment ce qu'il en retient, mais il aime bien le lire.



Côté album emprunté, l'un de ses préférés est Stan, le petit bonhomme de neige. Une belle histoire qui met en avant le partage et l'entraide.


Et je finirai avec l'histoire du magicien des couleurs où comment dans un monde en noir et blanc, un magicien a inventé la couleur.
Une histoire originale quoiqu'un peu répétitive et très graphique.


mercredi 12 novembre 2014

Le charme des séries anglaises - partie 2


J'avais commencé dans mon précédent billet à vous présenter quelques séries anglaises qui ont depuis peu envahi mon quotidien.
Après les séries connues (Sherlock, Downton Abbey ou encore Doctor Who), il y en a d'autres dont j'entends peu parler et qui pourtant méritent à mon avis de s'y attarder.


Je commencerais avec Call the midwife (appelez la sage-femme) dont la saison 1 est passée en France sur D8.
Très populaire en Angleterre (elle vient d'être renouvelée pour une saison 5), cette série suit le quotidien d'une équipe de sage femme dans les années 50, dans un quartier défavorisé de Londres.
Il y a quelques chose de vraiment beau et touchant dans cette série et j'ai eu un énorme coup de de coeur pour les histoires et le quotidien de ces sages femme.



J'ai également regardé la mini-série en 3 épisodes Death Comes to Permberley qui est l'adaptation du roman de P. D. James (publié en France sous le titre la mort s'invite à Pemberley).
L'histoire reprend les personnages de Orgueil et préjugés (de Jane Austen, est-il besoin de le préciser ?), et nous plonge au coeur d'une enquête policière car un meurtre a eu lieu sur le domaine de Pemberley où vivent Darcy et Elizabeth.

Darcy et Elizabeth 6 ans après leur mariage

Il y a deux aspects dans cette série, d'abord l'histoire et l'enquête que j'ai bien aimé, l'ambiance est intéressante et l'histoire crédible.
Le deuxième aspect qui m'a attiré est bien sur retrouver les personnages de Jane Austen, découvrir Darcy et Elizabeth dans leur vie de couple.
Sur ce point là, je n'ai pas du tout été déçue et j'ai même énormément apprécié. Matthew Rhys fait un très bon Darcy, tout en sobriété.

Je n'ai pas lu le livre, je ne peux donc vous en parler, mais je recommande chaudement cette mini série que j'ai vraiment adoré.


Pour finir, une autre série coup de coeur, the Paradise, adaptation libre du roman d'Emile Zola au Bonheur des dames (c'était le 1er billet de ce blog, il y a plus de 5 ans maintenant, waou).

John Moray, est l'ambitieux propriétaire du Paradise, un grand magasin qu'il cherche développer à tout prix.
Denise, vient d'être embauchée comme vendeuse et Moray se rend vite compte de son intelligence et de ses idées innovantes. Ils sont attirés l'un par l'autre, mais il doit prochainement épouser Katherine la fille de Lord Glendenning de qui il dépend financièrement pour la gestion du Paradise.

Cette série m'a enchantée, j'aime l'ambiance, l'époque, les histoires, les sentiments, les personnages...
Vite vite je veux voir la saison 2 ! Malheureusement ce sera la dernière.

Et il me reste encore plusieurs séries anglaises à découvrir : the Hour, Mr Selfridge, the Crimson Field, the White Queen...
Je reviendrai donc certainement vous en reparlé.

samedi 1 novembre 2014

Le charme des séries anglaises - partie 1



Depuis quelques mois, les séries anglaises ont envahi mon quotidien et j'ai eu envie de vous en parler.
J'ai une préférence notamment pour les séries d'époques, que je trouve vraiment pleine de charme.
Voici un petit tour d'horizon de mes derniers visionnages.

Il y a bien sur les séries connues, telles que Doctor Who. Je n'ai jamais été passionnée par cette série comme certains fans, mais je la suis néanmoins toujours avec grand plaisir. J'ai un peu de retard sur la diffusion je n'en suis donc pour l'instant qu'à la saison 6.
J'aime suivre la diversité des époques et des intrigues et les fantaisies de Eleven.
Je trouve les scénarios plutôt audacieux et parfois farfelus, cette série ne ressemble vraiment à aucune autre.



Toujours parmi les incontournables, il y également Sherlock, dont la saison 3 a continué à m'enthousiasmer, surtout le troisième épisode que j'ai adoré.



Et j'ai enfin réussi à me mettre dans l'ambiance de Downton Abbey. Cette série et moi avons eu des débuts difficiles. Premier épisode vu il y a déjà longtemps qui ne m'avait pas vraiment emballée. Il faut dire que je l'avais vu en VF, ce qui lui faisait perdre une grande partie de son charme.
Je l'ai donc mis de côté avec l'idée de retenter en VO. Mais j'ai bien mis 2 ans à me décider...
Et là je crois que j'avais mal choisi mon moment, j'étais enceinte, très fatiguée, c'était l'heure de la sieste et j'ai pris le PC dans le lit pour (re)regarder le pilote. Erreur fatale, je me suis bien évidemment lamentablement endormie devant, j'en ai déduis que cette série n'était pas pour moi et je l'ai l'abandonnée, mais à regret.
Et puis récemment, j'ai pensé que c'était vraiment dommage car je vois tant de gens adorer cette série et concrètement elle avait tout pour me plaire.
Alors j'ai refait une ultime tentative. Cette fois était la bonne, j'ai regardé toute la saison 1 et je suis conquise.


Les personnages sont attachants, la vie de l'époque m'intéresse beaucoup et j'ai hâte de découvrir la saison 2 et comment la guerre va venir ébranler tout ce petit monde de Downton Abbey.
Et j'aime énormément l'idée des épisodes spéciaux de Noël à découvrir chaque année.




Je n'ai pas encore fait le tour, je vous retrouve très vite pour la suite de mes découvertes anglaises.

mercredi 29 octobre 2014

L'île des oubliés - Victoria Hislop

Enfin, enfin, un billet !! Ces derniers mois ont été plutôt difficiles, je crois bien que j'ai frôlé le burn out et juste comme je començais à trouver un équilibre (fragile), la première rentrée de mon grand est venue tout perturber.

Mais le blog me manque, j'y pense régulièrement.

Voici une reprise en douceur où je vais vous parler d'un livre audio, l'île des oubliés.
Vous le savez peut être, je suis devenue une inconditionnelle des livres audio (pour ne pas dire que je suis accro). J'essaye souvent de choisir un livre audio que je n'aurai pas forcément lu en version papier, histoire de découvrir autre chose.



A priori l'île des oubliés n'est pas un roman vers lequel je me serai tournée spontanément, une histoire de lépreux, bof, bof. Mais au vu des bonnes critiques (notamment chez Bladelor) je me suis dit pourquoi pas.
Et je n'ai pas regretté, c'est une histoire familiale belle et touchante.

Une jeune femme, Alexis, part à la découverte de l'histoire de sa mère dont elle ne sait rien. Elle se rend à Plaka village de Crète où sa mère est née et y découvre l'existence d'une ancienne léproserie sur l'île de Spinalonga qui est liée à l'histoire de sa famille.

Ce que j'ai beaucoup aimé c'est découvrir en trame de fond l'histoire de cette léproserie, le quotidien des gens, en lien également avec l'histoire grecque notamment au moment de la guerre. Finalement je connaissais peu de chose à ce propos.
Spinalonga a réellement été une léproserie, l'une des dernières en Europe jusqu'en 1957, ce n'est pas si vieux.

C'est une belle saga familiale, même si quelques évènements sont assez prévisibles et certains caractères auraient mérités d'être un peu plus nuancés.

Comme d'habitude la qualité et l'interprétation de cet audiolib sont impeccables.

dimanche 15 juin 2014

Lost in Austen


Lost in austen, rebaptisé en français Orgueil et quiproquos et diffusé sur arte est une mini série anglaise en 4 épisodes, de 2008.
Le synopsis a de quoi faire rêver toutes les fans de orgueil et préjugés : Amanda, jeune fille de notre époque qui voue une passion à Jane Austen et principalement Orgeuil et préjugés (et bien évidemment Darcy) se trouve un jour nez à nez avec Elisabeth Bennet dans sa salle de bain. En effet une porte magique relie la baignoire d'Amanda (!?) à la maison des Bennet. Et voici que les deux jeunes filles échangent leur place et qu'Amanda se retrouve coincée à Longbourn.
Amanda accueillie chez les Bennet comme une amie d'Elisabeth devra donc, une fois passé le choc, s'accoutumer à l'époque et fera tout pour que les évènements du livre aient réellement lieux. Pas évident sans la présence d'Elisabeth et pas évident non plus quand elle se retrouve en face de Darcy.
Lorsqu' Amanda est plongée dans le monde de Jane Austen, nous sommes au début du roman, Bingley venant tout juste de s'installer dans la demeure voisine.
Évidemment toute l'histoire que nous connaissons sera chamboulée.

Lorsque j'ai commencé cette série j'ai d'abord été assez enthousiaste, l'histoire me plaisait et on retrouve cette ambiance des adaptations de Jane Austen que j'aime tant. La musique également rappelle vraiment l'adaptation avec Collin Firth et il y ait fait référence à plusieurs reprises, Amanda la connaissant par coeur.

J'ai trouvé les acteurs convaincants et j'ai bien aimé retrouver Alex Kingston (Urgences, Doctor Who) dans le rôle de la mère d'Elizabeth.
Il y a des choses que j'ai beaucoup aimé et d'autres pas du tout. Commençons par le négatif et tout d'abord Amanda, elle est assez insupportable, parle à tort et à travers et en dépit du bon sens. Sa relation avec Darcy est à mon sens ridicule et incompréhensible. Leurs échanges et leurs dialogues sont risibles et dignes d'un mauvais arlequin.

Par contre et c'est bien pour cela que j'ai regardé cette série jusqu'au bout, les personnages secondaires sont beaucoup plus intéressants, Jane et Bingley tout d'abord, je les ai énormément aimés et ils m'ont touchée. L'actrice qui joue Jane à vraiment beaucoup de charme.
Mais mon coup de coeur est pour Wickam, j'ai trouvé assez bien vu qu'il soit réhabilité et franchement je l'ai trouvé beaucoup plus intéressant que Darcy.

Un autre personnage que j'ai apprécié à ma grande surprise et qui est plus nuancé que dans le roman d'origine, c'est Lady Catherine. Et l'actrice n'y est pas étrangère je l'avais déjà vu dans la série Rome, je trouve qu'elle dégage vraiment quelque chose.

En conclusion, une série assez sympa à voir pour les fans de Jane Austen évidemment mais qui peut aussi fortement agacer.

mercredi 4 juin 2014

En vrac

Pour réanimer ce blog, je vais commencer avec un billet un peu fourre-tout de choses que j'ai pu lire ces derniers mois.

Je suis à peu prêt sortie de ma panne de lecture qui durait depuis pas loin d'un an grâce à des revues, c'est comme ça que l'envie est revenue petit à petit, quelques numéros de "parents", récupérés à droite à gauche (certains magasins le donne gratuitement en caisse), je pense aussi à Series mag par exemple, l'un des rares magasines sur le sujet qui ne s'adresse pas qu'aux ados et dont j'aime le contenu. Mon problème maintenant c'est le manque de temps.






 J'ai avancé quelques tomes de la série Walking Dead, mais j'avoue avoir du mal à m'y faire, c'est plus violent et dérangeant que la série qui a été pas mal édulcorée sur le coup surtout concernant les violences sexuelles.
J'ai quand même envie de continuer pour comparer l'évolution de l'intrigue avec celle de la série. Et j'écrirai prochainement un billet sur la saison 4.








Voici une éternité il me semble que j'ai achevé la série des chroniques de McKayla Lane. Série qui durant ces 5 tomes m'a fait passer par de nombreuses émotions, j'ai été curieuse au départ de Barrons dont j'avais tant entendu parler, puis j'ai été conquise par l'intrigue et par l'héroïne qui pour une fois n'est pas de ces filles énervantes et caricaturales, quelques passages m'ont tout de même ennuyée, mais l'intérêt est toujours revenu. La fin du 4e tome avait été particulièrement éprouvante.
Le début de ce 5e tome m'a déçue, c'était long, bien trop long, l'auteur nous fait trop languir je trouve sur le sort de Barrons. Puis finalement j'ai été à nouveau captivée et ne sachant vraiment pas comment tout cela allait finir.
La fin m'a plu, pas vraiment originale, mais je l'ai trouvé satisfaisante.

L'auteur à commencé Une nouvelle série dérivée, les chroniques de Dany Mega O'Malley, je ne sais pas si je la lirai car le personnage de Dany ne m'emballe pas vraiment.


 
Je finirai en parlant d'un livre audio, celui du dernier roman de Amélie Nothomb, la nostalgie heureuse. France 5 l'a filmée lors d'un voyage au Japon sur les traces de son enfance. Elle en a fait un livre où elle nous livre le récit de ce voyage, ses retrouvailles émouvantes avec sa nounou (pour ceux qui ont lu métaphysique des tubes), et celles avec son ancien petit-ami dont elle parlait dans Ni d'Eve ni d'Adam.
Une belle promenade dans le Japon d'aujourd'hui, celui d'après Fukushima et le plaisir de découvrir Amélie Nothomb sous un nouveau jour.
Néanmoins ce livre restera assez anecdotique à mon avis.
La qualité de l'audiolib est comme à son habitude impeccable.

vendredi 17 janvier 2014

Terrible two


On parle souvent de l'adolescence, ce passage difficile vers l'âge adulte, mais il y a un autre passage difficile, celui du passage du bébé à l'enfant qui survient la 2e année, aussi surnommé à juste titre par les américains le "terrible two".
Et oui il faut le savoir les petits entre 2 et 3 ans et bien ils nous mènent la vie dure. Ce qui est rassurant c'est que tout le monde y passe, non tu n'es pas la seule mère dont le charmant bébé est devenu un petit monstre dont tu ne sais plus comment gérer les caprices et les crises.

Il y avait déjà eu des passages un peu difficile avec mon fils (il à 2 ans et 9 mois), mais avec l'arrivée de son petit frère et bien c'est devenu franchement pas évident. Je comprends bien évidemment qu'il soit chamboulé par tout ça, mais voila je ne peux plus être disponible pour lui comme je le voudrais et franchement des fois je ne comprends rien à son comportement, je n'arrive pas à savoir ce qu'il veut, souvent il veut une chose et son contraire et hurle dès qu'on le contrarie...
On essaye de le mettre au coin, mais sans succès pour l'instant.

On peut vite se trouver désemparer devant les réactions de son bout de chou. Je me rends bien compte que je suis souvent maladroite avec lui, que je ne sais pas toujours quelle est la meilleure réaction pour anticiper ou calmer ses crises.

Je me suis donc fait une petite sélection de livres que j'ai reçu aujourd'hui et dans lesquels j'espère trouver des pistes.


Basé sur de récentes prises de conscience en psychologie, ce livre présente des façons innovatrices de résoudre les problèmes qu'on rencontre dans toute relation parent-enfant. Il met en avant une approche lucide, sensible et respectueuse, qui entraîne moins de stress et plus de gratifications pour les parents comme pour les enfants. On y trouve des techniques à la fois concrètes, pratiques et surtout efficaces. Les résultats sont là! De charmantes bandes dessinées illustrent comment les habiletés de communication s'appliquent dans la vie quotidienne.
Pour une meilleure communication avec vos enfants et vos adolescents. La célèbre méthode sans perdant est ici racontée par des parents qui l'ont appliquée avec succès. À travers leur expérience, découvrez comment : obtenir plus de coopération et moins de conflits ; écouter et comprendre les émotions qui bouleversent vos enfants ; affirmer vos propres droits en respectant les leurs ; établir ensemble des règles qui seront appliquées. Mieux que de vous donner des solutions, cet ouvrage vous propose des procédés pour les trouver vous-même, avec vos enfants.
Quentin se roule par terre dans le supermarché, Lucie pleure toutes les larmes de son corps parce que son ballon a éclaté, François se réveille toutes les nuits parce qu'un monstre le poursuit, Pierre est terrifié par les tunnels... Les parents sont souvent démunis devant les émotions de leurs enfants. Que faire devant les larmes ? Que dire face aux hurlements ? Comment réagir vis-à-vis des paniques ? Que dire aussi à Paul qui a perdu son papa ? à Mathilde, atteinte d'un cancer ? à Simon dont les parents divorcent ? Voici un livre très concret qui, puisant ses exemples dans le quotidien, vous aidera à accompagner votre enfant vers l'autonomie, à retrouver le contact avec votre propre enfance et à aller vers davantage d'harmonie familiale.

J'avais déjà parlé ici d'un autre livre de Isabelle Filliozat, j'ai tout essayé. Et en relisant mon billet, je me rends compte qu'il y a vraiment la théorie et la pratique, à l'époque mon petit bonhomme n'avait pas un an et c'était plus simple !!
Je vais donc me plonger dans la lecture de ces livres et je viendrai vous en reparler.

samedi 11 janvier 2014

Récit de mon accouchement (2)

Comme pour mon premier accouchement, je ressens le besoin de le raconter. C'est un évènement tellement marquant !
J'avais plusieurs angoisses pour cet accouchement, ne pas avoir le temps d'avoir la péridurale (une fille de mon cours de sophrologie a accouché tellement vite qu'elle l'a fait toute seule chez elle, les pompiers ne sont arrivés qu'après), peur également qu'il y ait de la neige et que la route soit difficile jusqu'à la maternité, organiser au mieux la garde de l'aîné, être sur d'avoir quelqu'un dispo pour le garder, même au milieu de la nuit, ainsi qu'une autre personne pour m'emmener, gérer la douleur des contractions, accoucher trop tard pour être à la maison pour fêter Noël...

J'ai été plus assidue à mes cours de préparations à l'accouchement et je ne voulais pas me laisser dépasser par la douleur. La première fois j'ai subi les contractions, cette fois-ci je voulais mieux maitriser les choses. Je crois que je ne m'attendais pas vraiment à souffrir autant pensant que la péridurale arriverait vite, ce qui n'a pas été le cas.

Le 19 décembre au matin je me suis levée vers 7h00, j'ai été réveillée plusieurs fois dans la nuit par des douleurs, mais c'est comme ça depuis plusieurs jours, donc je ne m'inquiète pas plus que ça. Mais bon j'ai mal quand même mais ça ne ressemble pas vraiment à des contractions, c'est plus une douleur continue. J'ai quand même un doute que le travail ait commencé, mais je ne sais pas trop... Aujourd'hui mon mari est en congés (ce qui me rassure), on a prévu de mettre notre fils chez la nounou pour un peu de calme et aussi qu'il ne soit pas là à me voir souffrir si c'était pour aujourd'hui.
Levée à 7h00 donc, je file sous la douche et j'ai mes 1er contractions, mais j'ai déjà fait un faux travail il y a quelques jours, je prends du spasfon, je ne suis pas sur que ce soit vraiment ça, je m'habille, je me dis que de toute façon j'ai le temps...
7h30, les contractions deviennent bien douloureuses, je prépare le petit déjeuner, je me dis que j'ai le temps...
8h00, plus de doute, le travail a commencé, je dis à mon mari qu'on a encore le temps qu'il va emmener le petit chez la nounou et qu'on avisera à son retour s'il faut partir ou non à la maternité, c'est pas la peine d'y aller trop tôt, je me dis encore que j'ai le temps.
8h30, j'ai des contractions très douloureuses et toutes les 5 minutes, j'avoue que je flippe à peu, et là je me dis qu'on n'a plus le temps du tout, plus question d'attendre le retour de chez la nounou, on part tout de suite, on dépose le petit en coup de vent, non sans avoir pris le temps de lui expliquer que son petit frère va très certainement arriver aujourd'hui. Je reste dans la voiture pendant que mon mari le dépose et je le vois partir en me regardant avec un petit air inquiet, je fonds en larme de le laisser comme ça et aussi d'appréhension, de douleurs, d'émotions, tout ça mélangé...

On part à la maternité, 3/4 d'heure de route où je gère les contractions comme je peux, c'est dur dur, elles sont très violentes.
Je suis aussitôt prise en charge par une sage femme, en salle de pré-travail, elle m'examine, je suis déjà dilatée entre 3 et 4 cm, donc je passe tout de suite en salle de travail et bonne nouvelle, l'anesthésiste est dispo tout de suite.

La pose de la péri est un peu laborieuse, mes contractions sont très violentes (car très efficaces), je ne pense qu'à ma respiration comme en sophrologie, je m'accroche à ça pour ne pas perdre pieds. On fait sortir le père pendant l'intervention de l'anesthésiste, donc ce sont les mains de la sage-femme que j'ai broyées, elle a été d'un grand soutien.
La péri agit pratiquement instantanément, par contre je n'ai pas le temps de souffler car en un rien de temps je suis déjà dilatée au maximum, c'est beaucoup trop rapide pour bébé et j'entends son rythme cardiaque qui chute. Je commence à m'inquiéter.
De plus en me perçant la poche des eaux, la sage femme se rend compte que le bébé a commencé à faire ses besoins dans le liquide amniotique, du coup il est en train d'en avaler ce qui n'est pas bon évidemment.
Elle m'explique que le bébé est en souffrance et qu'il faut qu'il sorte très vite, elle appelle le gynéco qui décide d'utiliser la ventouse.
Pour cette intervention, il préfère faire sortir le papa qui ne pourra malheureusement ni assister à la naissance, ni couper le cordon, je sais qu'il va mal le vivre, malheureusement je ne peux rien faire. Je préfèrerais moi aussi évidemment qu'il reste prêt de moi, mais j'avoue que ça s'agite autour de moi et que je n'ai pas vraiment le temps de réfléchir à tout ça, je sais juste que je vais devoir pousser et que mon bébé doit sortir très vite et je ne suis pas sur qu'il aille bien.

La ventouse fait une sensation très très bizarre, mais avec la péri je ne sens pas de douleur, d'ailleurs elle est trop dosée et je ne sens plus rien du tout, c'est même limite si j'arrive encore à bouger mes jambes toute seule.

Le bébé sort en un rien de temps mais j'ai à peine le temps de le voir qu'il l'emmène et je ne sais pas s'il va bien. J'attends anxieusement qu'on me donne des nouvelles. Pendant ce temps on commence à me recoudre, pas d'épiso cette fois-ci mais trois petite déchirures.

Enfin, enfin mon mari revient avec le bébé qui va parfaitement bien, ouf. Je peux enfin le prendre contre moi. 
Ca y est une nouvelle étape de ma vie commence avec cette petite vie qui vient d'arriver.