lundi 26 juin 2017

Mansfield Park - Jane Austen


Comment faire un mois anglais sans Jane Austen !
J'ai découvert Jane Austen il y a quelques années et j'ai eu un tel coup de coeur que je compte bien tout lire d'elle. Mais son oeuvre étant assez restreinte, je prends mon temps, je savoure cette découverte. C'est dans cet état d'esprit que j'ai commencé Mansfield Park.

Avec Emma j'ai l'impression que ce sont les deux oeuvres les moins appréciées, mais ayant adoré Emma, je n'étais du coup pas vraiment inquiète je l'ai lu sans attente particulière mais certaine malgré tout que j'allais aimer et ce fut le cas.

Mansfield Park c'est la demeure de la famille Bertram, Lady Bertram y vit avec son mari, leurs deux filles Maria et Julia, et leurs deux fils Tom et Edmund. Ils décident de recueillir Fanny Price la nièce de Lady Bertram, qui vit pauvrement. Fanny grandira donc avec ses cousins, qui auront tendance à la mépriser du fait de son manque de moyen, à part Edmund l'ami et le confident.

Comme toujours avec Jane Austen, l'intrigue est assez succincte, ce qui compte ce sont les personnages et la représentation de la société de l'époque avec tous ses travers.
Fanny a une grande force morale, et n'en déroge pas. Ce n'est vraiment pas une de ces héroïne romantiques, je l'ai trouvé un peu agaçante par moment, même si je l'ai comprise. Les autres personnages ne m'ont pas emballée plus que ça, même Edmund.
J'avoue ça fait déjà un bon moment que j'ai lu ce livre et j'ai repoussé d'écrire ce billet car je n'avais pas grand chose à en dire et les mots me viennent difficilement.
J'ai passé un bon moment de lecture, comment peut-il en être autrement avec Jane Austen, mais je n'ai pas réellement vibré.
Je peux le dire c'est le roman de Jane Austen que j'ai le moins aimé pour l'instant (Il me reste encore Northanger Abbey à lire).


Comme j'ai l'habitude de le faire j'ai visionné l'adaptation BBC, avec Billie Piper dans le rôle de Fanny Price.
Et j'ai été clairement déçue. Le caractère de Fanny est trop différent de celui du livre et la fin escamotée et pas du tout fidèle, m'a fait grincer des dents.
Et soyons franc le reste est un peu ennuyeux.

Oublions l'adaptation, le roman reste très bon, mais je l'ai trouvé un cran en dessous de ce que j'ai déjà lu de Jane Austen.




mercredi 21 juin 2017

Harry Potter tomes 1 et 2 - J.K. Rowling


Je suis un peu embêtée pour parler de Harry Potter, car que dire qui n'a pas déjà été dit 1000 fois. Je ne vous ferai pas non plus l'affront de vous faire un résumé.
J'ai donc prévu de relire intégralement la saga Harry Potter, en 2017 dans l'idéal. Je ne l'avais jamais fait depuis ma première lecture qui doit dater du début des années 2000 pour les premiers tomes puis au fur et à mesure de leur sortie.

Harry Potter est une série chère à mon coeur, comme beaucoup. Je l'ai découverte au cinéma avec le premier film qui m'a donné l'envie de lire le livre. Et ce n'était pas rien car à cette époque là je ne lisais plus. Enfin si mais uniquement des mangas. C'est donc Harry Potter qui m'a redonné ce goût pour la littérature. Je l'avais quand j'étais jeune, au collège, lycée, les classiques ne me faisaient pas peur et puis j'ai eu un gros passage à vide quand je suis partie à la fac, me retrouver seule un peu perdue, moi et ma timidité maladive. Je me suis totalement réfugiée dans le monde des mangas, du Japon et du visual key, façon monomaniaque ^^

Mais je m'éloigne franchement du sujet, j'ai donc relu le tome 1 et le tome 2 pour l'instant. Et avec grand plaisir. Il n'y a bien sur plus de surprise au niveau de l'histoire car si je n'avais jamais relu les livres, je vu les films à plusieurs reprises. Mais on constate à quelle point l'écriture est fluide et prenante et j'ai adoré noter pleins de petits détails qui ont du sens dans une relecture.

Pour le mois anglais, le thème aujourd'hui était les écoles anglaises et je pense évidemment à Poudlard, qui est à la fois tellement originale et en même temps tellement proche de nous.
A Poudlard comme dans n'importe quelle école, il y a des profs sympas et d'autres pas du tout, des cours parfois ennuyeux, des amis, des ennemis, trop de devoirs, des examens, du rire et des larmes. La vie quoi, avec une touche de magie et d'aventure en plus.

lundi 19 juin 2017

Eleanor & Park - Rainbow Rowell




Doucement je me mets à la littérature jeunesse ou young adult, j'en lisais peu, mais elle est tellement populaire sur la blogosphère et booktube qu'il est difficile de passer à côté. D'un côté ça me permet de diversifier mes lectures et j'adore ça, de l'autre on se lasse un peu de retrouver souvent les mêmes lectures un peu partout, mais bon c'est le jeu.

J'ai ainsi eu envie de découvrir l'oeuvre de Rainbow Rowell et comme Eleanor & Park était dispo à la médiathèque c'était parfait.

Aux Etats Unis dans les années 80, Eleanor est nouvelle dans son lycée, rousse, plutôt ronde, avec un style vestimentaire bariolé et discutable, elle est vite la risée du lycée. Dans le bus, seul Park l'a laissée s’assoir à côté de lui, mais ils ne sont jamais adressés la parole. Cependant peu à peu la glace va se rompre...
En dehors du lycée le contexte familial d'Eleanor est loin d'être tranquille et pèse lourd sur la jeune fille.

Ce n'est pas un coup de coeur car j'ai trouvé pas mal de défauts, mais ce livre m'a rendu accro et m'a empêchée de dormir.
J'ai adoré cette approche de la romance, c'est beau, c'est fort, c'est touchant. J'ai adoré qu'on ait une héroïne qui ait un physique qui ne rentre pas dans les clichés habituels d'une héroïne, tout ça pour dire qu'elle a des formes (la belle affaire). J'ai adoré l'ambiance, les personnages, l'écriture...

Le truc qui m'a vraiment gênée c'est l'histoire avec la famille d'Eleanor, que j'ai trouvé un peu trop excessive avec l'impression de tomber dans les clichés. Et peut être quelques longueurs par moment.
Néanmoins j'en garde un très très bon souvenir ! Eleanor et Park on su vraiment me toucher.

J'ai prévu de lire fangirl et Carry on de la même autrice, dans l'été et je suis impatiente, notamment pour fangirl dont j'attends beaucoup. Les avis sont plus mitigés concernant carry on, mais les 2 livres allant de pair, je souhaite me faire mon propre avis.

samedi 17 juin 2017

Je lis avec mes enfants

il y a longtemps que je n'ai pas parlé album ici. Voici une petite sélection des lectures que j'ai faites avec mes loulous dernièrement.

 

Voici un livre très original, qui donne vie au livre. Une petite fille promène son chien, mais en passant d'une page à l'autre, le chien a disparu, le livre l'a mangé.
Une lecture très drôle, ou l'enfant devra tourner le livre et le secouer, on finit par gentiment le disputer pour qu'il rende ce pauvre chien. Tu ne recommenceras plus, promis ?



J'adore ce livre en pop up que l'enfant peut manipuler et qui fait même apparaitre de jolis décors. Il est question d'émotion, qu'est ce que la tristesse, la joie, la colère ? Chaque émotion aura sa propre couleur. Un livre essentiel et drôle, dont mon fils a adoré la chute.



Ce livre raconte une histoire vraie, celle de Ralfone et Ralfina 2 deux petites femelles orangs-outans qui se sont échappées d'une caisse où elles étaient prisonnières en plein aéroport de Roissy.
recueillies à la ménagerie du Jardin des Plantes elles sont bien soignées. Ralfina est trop petite et trop habituée aux humains pour retourner à la vie sauvage, elle trouvera donc une place dans un zoo en Belgique, mais Ralfone pourra retourner à Bornéo et retrouver la liberté.
Quel magnifique album, très touchant, d'autant plus que tout est vrai. C'est une belle occasion pour parler avec les enfants de protection des animaux.
A la fin on y trouve même de vrais photos de Ralfina et une petite interview du soigneur qui l'a ramené à Bornéo.


Le livre préféré de mon fils de 3 ans en ce moment, reprenant la comptine du petit cochon pendu au plafond, une petite histoire délirante qui détourne la comptine, avec des pirates qui viennent chercher de l'or des poules et des petits cochons qui veulent mille bisous.
Un album drôle et tendre à lire en chatonnant.

lundi 12 juin 2017

Collection les métiers de Versailles


Cela faisait une éternité que je n'avais pas lu de biographie, celle-ci est en fait une compilation de deux livres existants tous les deux indépendamment et réunis dans ce volume intitulé les métiers de Versailles.

Henry Dupuis, jardinier de Louis XIV de Patricia Bouchenot-Déchin
Ce nom là m'était inconnu tant il vrai que lorsqu'on pense aux jardins de Versailles, c'est le nom de Le Nôtre qui vient immédiatement en tête. Mais Le Nôtre avait bien besoin de jardiniers, terrassier, artisans et quantité d'ouvriers pour mener à bien son oeuvre.
Plus que la vie de Henry Dupuis c'est la construction de Versailles et de ses jardins que nous suivons. A l'origine Versailles n'était qu'un petit relai de chasse, refuge de prédilection de Louis XIII, tout autour ce n'est que marais et rase campagne.
Imaginez le chantier colossal que cela a été pour parvenir au Versailles que nous connaissons : Les jardins, le grand canal, l'orangerie, l'alimentation en eau des fontaines... tout cela a été imposé à un terrain hostile.
On y découvre toutes les exigences de Louis XIV pour ses jardins, les grandes fêtes qui y ont été donnés et le travail quotidien que cela demandait à une équipe complète de jardiniers.
C'est tout cela que l'on suit dans cette biographie et c'est vraiment très intéressant et instructif.

Rose Bertin, couturière de Marie-Antoinette de Michelle Sapori
Changeons d'époque, mais restons à Versailles, où Marie-Antoinette devient l'ambassadrice d'une mode extravagante et coûteuse. Derrière ces robes, chapeaux et coiffures, Rose Bertin est à l'oeuvre, elle est précurseur dans le domaine de la mode et pose les bases de la haute couture à venir.
Je connaissais déjà Rose Bertin, sa relation privilégiée avec Marie-Antoinette qu'elle a côtoyée quotidiennement, au détriment de la sacro-sainte Etiquette et des grandes dames de la cour qui lui en ont tenu rigueur.
J'ignorais tout par contre de ses origines (modestes) et de ce qu'il était advenu d'elle après la révolution.

Voici deux lectures que j'ai trouvé extrêmement enrichissantes, pour ceux qui s'intéressent à l'Histoire et à Versailles, foncez. Cependant il s'agit bien de biographie, et donc on y trouve des faits et uniquement des faits, les autrices sont des historiennes et ne s'aventurent pas en dehors d'évènements concrets et prouvés par des archives.
Dans cette rigueur nécessaire au métier d'Historien, il m'a manqué une approche plus profonde, plus psychologique du personnage, surtout concernant Henry Dupuis. J'ai appris plein de choses sur Versailles, mais il me serait difficile de vous faire un portrait précis de Henry. Je l'ai également ressenti dans la partie sur Rose Bertin, où finalement on nous laisse deviner son caractère, plus qu'il n'est décrit.

jeudi 8 juin 2017

Platinum End et Deadlock

Voici les 2 derniers mangas qu'il me restait à lire pour le prix livraddict :





Platinum End tome 1

Mirai vient de terminer le collège et a décidé de se suicider, mais au dernier moment il est sauvé par un ange qui lui propose de l'aider à atteindre le bonheur. Il aura notamment la possibilité de voler et de se faire aimer de qui il veut, mais uniquement pendant 33 jours.

Ce manga est par les auteurs de Death Note et on retrouve un peu le même genre d'ambiance sombre et intrigante avec des thèmes riches. Mais malheureusement je n'ai pas tellement accroché, on tombe dans des choses un peu extrèmes et ce n'est plus tellement le genre de manga que j'ai envie de lire en ce moment.
Mirai devra faire des choix importants sur ce qu'il veut faire de ses nouveaux pouvoirs et les limites à ne pas franchir et l'ange n'est pas toujours de bon conseil, en tout cas la frontière entre ce qui est moral et ne l'est pas est parfois difficile à cerner.
Cela permet néanmoins de se poser des questions profondes et très intéressantes.
Mais l'ange n'aura pas tout dit à Mirai et en acceptant ses cadeaux il se retrouve en compétition pour être le nouveau dieu (rien que ça). Ils sont 13 élus dans le monde. Un détail qui me gène c'est que sur ces 13 élus, les 4 que nous découvrons dans ce premier tome se trouvent tous dans la même ville dont 2 dans le même lycée, c'est quand même un peu gros.

Il est possible que je lise le second tome pour confirmer mon avis, mais je ne suis pas emballée plus que ça sans avoir détesté non plus.



Deuxième titre, Deadlock tome 1
L'histoire se passe en prison à Los Angeles, Yûto, agent de la brigade des stups à été condamné pour le meurtre de son coéquipier. Il est en fait innocent et s'est fait piéger. On le transfère dans l'une des prisons les plus violentes avec la mission d'identifier le leader d'un groupe terroriste qui opère depuis la prison, s'il réussit il sera libéré.

J'ai beaucoup aimé ce manga que je pourrais classer dans la catégorie plaisir coupable. C'est plein de clichés sur l'univers carcéral, ça ne casse pas 3 pattes à un canard, mais ça se lit bien, les dessins sont beaux. On est dans le thème du yaoi (romance entre hommes) et forcément dans une prison, il y a de quoi faire, les seuls personnages féminins sont des trans, j'ai bien aimé leur groupe d'ailleurs, ça apporte une touche d'humour qui fait baisser un peu la tension.

A l'origine il s'agit d'un roman qui a été adapté graphiquement, et il y a d'ailleurs une scène bonus extraite du roman à la fin, par contre je dois dire qu'en version écrite, franchement ça ne passe pas du tout, on est dans de la littérature bas de gamme, mais en manga c'est différent. Il faut dire que les dessins sont franchement chouettes et que les 2 héros ont de quoi nous faire craquer.
J'ai déjà acheté le tome 2.

jeudi 1 juin 2017

Un jour - David Nicholls

 

Un jour est un roman anglais paru en France en 2011. Il était dans ma PAL depuis peu et proposé comme lecture pour le blogoclub d'aujourd'hui sur le thème d'un roman d'amour anglais.
Ce roman où nous suivons deux personnages pendant 20 ans en les retrouvant chaque année à la même date m'intriguait. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit un tel pavé, 620 pages en poche tout de même, mais il en faut plus pour m'effrayer.
Cette lecture me permet également de participer au mois anglais qui commence aujourd'hui même.





Emma et Dexter passent une nuit ensemble juste après la fin de leurs études et la remise des diplômes, nous sommes le 15 juillet 1988. Mais leur relation évolue ensuite vers l'amitié, même si l’ambiguïté est là. Ils ont vingt ans et la vie devant eux (selon l'expression consacrée), Emma est peu sur d'elle, idéaliste, elle a de grands rêves, mais ne sait pas quoi faire concrètement de sa vie, elle ne se donne pas vraiment les moyens de réussir et vivotera de petits boulots dans un premier temps. Dexter est arrogant, prétentieux et issu d'un milieu aisé, lui non plus ne sait pas très bien ce qu'il compte faire et se laisse vivre, un peu trop de filles, un peu trop d'alcool...

Chaque chapitre se passe donc un 15 juillet, d'année en année de 1988 jusqu'aux années 2000. J'ai beaucoup aimé ce procédé, qui nous permet de traverser plusieurs décennies et de voir évoluer les personnages, les voir se construire, avancer ou se perdre. J'avais un peu peur de lire à chaque fois une sorte de résumé de l'année passée, mais pas du tout, le style de l'auteur est très fluide, très agréable, et malgré le nombre de pages ça se lit tout seul !

J'ai eu un peu de mal au départ parce que je n'accrochais pas plus que ça avec Emma et que Dexter est du genre insupportable, mais au fil des pages et s'en même m'en rendre compte je me suis attachée à eux, j'ai commencé à les aimer comme ils étaient avec leurs qualités et leurs défauts, car ils sont justes terriblement humains. Et à partir de là j'ai adoré ma lecture.

La relation entre Emma et Dexter est complexe et riche, amitié ou amours ? Il leur faudra du temps pour répondre à cette question. Tout ne sera pas un long chemin tranquille.
Tous les deux auront des hauts et des bas, Dexter connaitra le succès, puis le revers de la gloire, Emma aura plutôt le parcours inverse.
Il y a un côté assez désabusé dans ce roman, on sent une génération qui ne sait pas très bien quoi faire de sa vie, des relations amoureuses bancales et l'alcool comme solution de facilité pour fuir les problèmes.
On observe ainsi au fil des années le décalage entre leurs aspirations d'étudiants et ce que seront réellement leurs vies, avec une certaine désillusions.

J'ai vraiment aimé ce livre et son procédé d'écriture que j'ai trouvé original.

Pour finir cette chronique, ce n'est pas dans mes habitudes, mais je vais faire une petite partie avec spoiler car un évènement en particulier m'a marquée et je tiens à l'évoquer. Donc ne lisez pas la suite si vous n'avez pas lu ce roman




















J'ai été vraiment choquée par la mort d'Emma, je ne l'ai pas vu venir un seul instant et c'est tellement brutal, que je n'arrivais pas à y croire, j'ai commencé le chapitre suivant presque persuadée que c'était une blague et qu'on allait la retrouver à l’hôpital, simplement blessée.
On ne saura jamais si Emma et Dexter aurait vraiment pu vieillir ensemble.
La complexité des relations et l'évolution d'une personne durant 20 ans est vraiment parfaitement abordée dans ce roman, avec une vraie authenticité.