dimanche 16 juin 2013

Pèle mèle

Il y a des billets comme ça que je repousse d'écrire, l'inspiration ou l'envie ne venant pas. Et comme ils se sont un peu accumulés ces derniers temps et bien j'ai décidé d'en faire un billet pèle mèle, ce qui me permettra d'aborder chaque oeuvre de façon plus succinte...

Je commence avec des audiolib.






Tout d'abord le hobbit de Tolkien, est-il besoin de le présenter.
Je suis une immense fan de la trilogie du seigneur des anneaux adaptée par Peter Jackson. J'ai bien aimé les livres, mais les ayant lus après avoir vu les films, finalement ce sont surtout les films qui m'ont marqués.

La sortie du film le hobbit a relancé mon intérêt pour le sujet et j'ai eu envie de lire le roman, mais j'ai opté pour le livre audio.
Comme à chaque fois avec audiolib la qualité est impeccable. C'est Dominique Pinon qui lit l'oeuvre et j'ai beaucoup aimé écouter sa voix si reconnaissable.
Une écoute très agréable, pour un récit intéressant. Bien sur cela n'a pas l'ampleur du seigneur des anneaux, mais le public visé n'est pas le même.
Certains passages sont un peu longuets, surtout au démarrage, mais cela reste un récit d'aventure qui se suit avec grand plaisir.





Un autre livre audio, les dames de Rome de Françoise Chandernagor, le deuxième volet de sa trilogie la reine oubliée, faisant suite aux enfants d'Alexandrie.
A la lecture Valérie Lemaître nous entraîne à Rome du temps d'Auguste, pour y retrouver la petite Sélénée, la fille de Cléopatre et Marc-Antoine, prisonnière et seule survivante de sa famille.

Tout comme le premier tome j'ai regretté une narration très (trop ?) lente, qui oscille entre le roman et la biographie historique sans jamais vraiment trancher entre les deux. Lenteur encore renforcée par la diction un peu monocorde de Valérie Lemaître, mais qui finalement colle bien à ce roman et à son style.

Les enfants d'Alexandrie était consacré à Cléopatre et Marc-Antoine, les dames de Rome parle d'Auguste et des ses proches (surtout sa soeur et sa femme, d'où le titre...).
Finalement Séléné en deviendrait presque un personnage secondaire, c'est un peu dommage.

Néanmoins le talent et la beauté de l'écriture de Françoise Chandernagor sont bien présents. Sa passion pour l'Histoire pour ses personnages transparait dans certains passages du roman plus personnel.
Donc ce n'est ni une déception, ni un coup de coeur, et j'ai bien du mal à trancher si j'ai aimé ou au final.









Et pour finir un livre dont je n'ai pas réussi à venir à bout, les grands ducs de Bourgogne de Joseph Calmette. Bourguignonne d'adoption voici un sujet qui m'intéresse. Cet ouvrage datant de 1949 est une référence sur le sujet, malheureusement pour moi j'ai trouvé qu'il s'adressait plus à un public d'historien ou tout du moins de gens calé sur le sujet et pas "au grand public" dont je fais partie. Je me suis donc un peu découragée sur ce livre, un peu trop ardu pour moi.
Dommage.

.

2 commentaires:

  1. Comme tu le sais, j'avais adoré cette version audio de Bilbo. Quel talent de lecture, ce Pinon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vraiment une réussite. Peut-être feront-ils le seigneur des anneaux ? Ce serait bien.

      Supprimer