vendredi 29 novembre 2013

Rome en un jour - Maria Pourchet


Cela fait quelques années maintenant que je participe avec plaisir aux matchs de la rentrée littéraire organisé par  PriceMinister-Rakuten.
En fait je lis peu de romans contemporains et je m'intéresse généralement assez peu à l'actualité littéraire, ce qui fait qu'une fois par an ça me change de découvrir un auteur actuel.
Cette année j'étais vraiment dans l'optique de la découverte, c'est pour cela que j'ai volontairement choisi un auteur et un livre que je ne connaissais absolument pas. J'ai opté pour Rome en un jour de Maria Pourchet.

Malheureusement, je n'irais pas par quatre chemin, je me suis royalement plantée dans mon choix, ce roman n'était pas du tout fait pour moi, trop contemporain peut-être ?
Je l'ai compris dès les premières pages. J'ai senti tout de suite que j'allais avoir un énorme problème avec le style d'écriture qui m'a rebutée d'emblée. Et je n'ai ensuite pas réussi à en faire abstraction pour me plonger dans le récit.
On dirait un dialogue permanent, mêlant véritable dialogue, monologue, pensées des personnages, mais de façon un peu hachés... En tout cas, c'est un style parlé qui pour moi, passe très mal à l'écrit. A tel point que devant sans cesse faire un effort dans ma lecture, rendue laborieuse par ce procédé d'écriture, j'avais souvent du mal à pénétrer le sens des phrases.

Bon revenons un peu sur l'histoire, l'intrigue se déroule en deux endroits. Tout d'abord sur le toit d'un immeuble parisiens où des invités attendent Paul pour un anniversaire surprise organisé par sa compagne Marguerite. Pendant ce temps Marguerite tente de faire sortir Paul de leur appartement. Celui-ci ne se doutant de rien (en plus ce n'est même pas la date de son anniversaire), n'a aucune envie de bouger de devant sa télévision et tout cela va tourner au vinaigre des deux côtés, le couple commençant à se déchirer et les invités s'impatientant...

Autres déceptions, les personnages ! Je ne les ai pas aimés, aucun n'est attachant, ils sont énervants, cyniques, tellement axés sur eux-même, l'image même du bobo parisien "branché" avec tous ses clichés.

Ce qui ressort donc de ma lecture, c'est un style déroutant qui m'a franchement déplu et a rendu ma lecture laborieuse et au niveau de l'histoire, de l'ennui, de l'agacement.
Et puisqu'il faut mettre une note, je mettrais 6/20.

Merci à  PriceMinister et je l'espère rendez-vous l'année prochaine, j'essayerai de faire un meilleur choix.


4 commentaires:

  1. tiens je me suis planté comme toi en lisant la 4 eme de couverture! j'ai rajouté ton lien en bas de mon article

    RépondreSupprimer
  2. Vu vos deux avis, je passe mon tour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur que ça ne donne pas envie et il y a tellement de chouettes livres à lire.

      Supprimer