vendredi 9 novembre 2018

Et j'abattrai l'arrogance des tyrans - Marie-Fleur Albecker






Comme chaque année, je me suis assez peu intéressée à la rentrée littéraire, je me tiens au courant de ce qui sort mais je n'en lis quasiment pas sur le moment. Un titre avait malgré tout retenu mon attention et j'ai eu la chance de le recevoir lors d'une opération masse critique chez babelio. Merci à eux et merci également aux éditions aux forges de vulcain. Ce roman c'est et j'abattrai l'arrogance des tyrans de Marie-Fleur Albecker dont voici la quatrième de couverture :

En 1381, la grande peste et la Guerre de Cent ans ont ruiné le royaume d’Angleterre. Quand le roi décide d’augmenter les impôts, les paysans se rebellent. Parmi les héros de cette première révolte occidentale : John Wyclif, précurseur du protestantisme, Wat Tyler, grand chef de guerre, John Ball, prêtre vagabond qui prône l’égalité des hommes en s’inspirant de la Bible. Mais on trouve aussi des femmes, dont Joanna, une Jeanne d’Arc athée, qui n’a pas sa langue dans la poche et rejoint cette aventure en se disant que, puisque l’on parle d’égalité, il serait bon de parler d’égalité homme-femme…
Un roman historique et féministe, il n'en fallait pas plus pour attiser ma curiosité. Malheureusement je dois dire qu'à ma grande déception je n'ai pas accroché avec ce titre.
Ce qui m'a le plus gênée c'est d'abord le style d'écriture, c'est un style qui s'affranchit des règles grammaticales courantes de construction d'une phrase. Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre d'écriture, c'est moderne et percutant, mais en ce qui me concerne je n'aime pas et ça me bloque dans ma lecture, j'avoue sur ce coup là, je suis vieux-jeu.
Ensuite j'ai trouvé le style trop moderne avec un langage par moment très familier, qui m'a paru vraiment anachronique avec le contexte historique. J'avais également du mal à suivre certaines choses, par exemple on est avec un personnage et ses pensées sont décrites et puis sans aucune transition un parallèle est fait entre son époque et la notre, ce qui bien sur ne peut plus faire partie des pensées du personnages. Ca m'a perdue.
L'histoire est certes intéressante, mais je me suis braquée sur le style et la narration et je n'ai pas réussi à rentrer vraiment dedans ni apprécier ma lecture.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire