lundi 31 octobre 2011

Tuer le père - Amélie Nothomb

J'ai participé avec grand plaisir à l'opération les matchs de la rentrée littéraire organisé par priceminister et j'ai choisi parmi leur sélection Tuer le père, le dernier titre de Amélie Nothomb.
Et oui que serait une rentrée littéraire sans Amélie Nothomb ?

Cette année, elle nous emmène dans le Nevada, pour suivre Joe Whip, un jeune garçon sans père et délaissé par sa mère qui se découvre un goût et un don pour la magie.
Il part vivre chez Norman Terence, un magicien de grand renom qu'il a réussi à convaincre de devenir son professeur.
Mais la femme de ce dernier est belle et désirable et alimente vite les fantasmes adolescents de Joe...

Le début de cette lecture a été plutôt agréable, mais j'ai vite été surprise car on ne retrouve pas vraiment les délires et les personnages extravagants auxquels nous a habitués l'auteur.
Les personnages ne sont guère attachants et leurs motivations plutôt obscures, cela aurait mérité plus de développement car finalement c'est une espèce d'indifférence qui s'est installée au fur et à mesure de ma lecture.
On ne sait pas trop où l'auteur nous emmène et pourquoi cette histoire l'a tant marquée. Le rebondissement final ne m'a pas du tout convaincu et laisse un sentiment d'incompréhension.

Je reproche parfois son exubérance à Amélie Nothomb, mais pour le coup j'ai trouvé ce titre un peu fade, Il manque le petit grain de folie que l'on trouve habituellement chez l'auteur et la fin ne m'a pas plu.
Ce livre est à classer dans la catégorie, vite lu, vite oublié.

Cette histoire se déroulant dans le Nevada, je le compte pour le challenge 50 états = 50 billets.


les matchs de la rentrée littéraire

4 commentaires:

  1. Hop, billet ajouté ! (e je m'en vais finir mon livre pour le match de la rentrée, pas en avance moi !!!)

    RépondreSupprimer
  2. D'accord avec toi, vite lu, vite oublié !

    RépondreSupprimer
  3. Liyah> Oui. On s'attend à quelque chose de plus marquant venant de cet auteur.

    RépondreSupprimer