vendredi 6 juillet 2018

La servante écarlate - Margaret Atwood




Voici un roman qui a beaucoup fait parler de lui l'année dernière et pourtant il est paru dans les années 80. Devenu un classique de la dystopie, souvent comparé à 1984 de Orwell, il a été remis au goût du jour par son adaptation en série, ainsi que depuis l'élection de Trump aux États Unis, au point de le faire figurer sur le bandeau...
Je me suis enfin décidée à le lire et mon avis est plutôt mitigé.

Nous sommes dans une société dirigée par un régime totalitaire d’extrémistes religieux. La liberté n'est plus de mise. La fertilité ayant dramatiquement chuté, les femmes capable de procréer deviennent des servantes écarlates, car elles portent une tenue écarlate, chaque "catégorie" de femme ayant sa couleur. Les hommes haut placés disposent d'une épouse et d'une servante, celle-ci devra abandonner son enfant à l'épouse à sa naissance et sera placée dans une autre famille. Mais les épouses et les autres femmes, les domestiques et celle du bas peuple ne sont pas forcément mieux lotis, les hommes non plus à certain égards. Tout le monde vit dans la peur, chaque geste est épié et personne ne doit sortir du rang.

Dans ce monde flippant, nous allons suivre Defred, une servante écarlate, au travers de sa vie quotidienne, mais également de ses souvenirs de la vie d'avant. Car on se rend compte que finalement tout à basculé très vite, Defred a connu une vie comme la notre, et c'est la partie que j'ai trouvé la plus intéressante, voir comment tout a basculé, comment personne ne s'est révolté. C'est véritablement frappant et finalement peut paraitre possible. Ce livre donne vraiment matière à réfléchir et ait saisissant et glaçant.

Néanmoins, je l'ai trouvé plutôt lent, il y a peu d'action, avec un style d'écriture assez particulier, très abrupt. L'héroïne n'est pas tellement attachante, et son récit, même s'il fait froid dans le dos, ne nous la rend pas forcément sympathique. Elle se débat entre son envie de vivre, mais pas de cette façon, sachant que toute révolte serait sévèrement punie et son désespoir à la pensée de ce qu'elle avait avant, une famille, une fille qu'on lui a arrachée...

Et finalement c'est assez paradoxal, car ce livre est à lire, pour son message fort et féministe, pour mesurer l'importance de la démocratie et la valeur de notre liberté, liberté de penser et de s'exprimer et de disposer de notre corps en tant que femme. C'est donc une lecture que j'estime nécessaire, mais ce n'est pas une lecture agréable, elle se révèle même plutôt frustrante.

Finalement je n'arrive pas à savoir si j'ai aimé ou pas. Mais j'ai très envie de voir la série à présent.





2 commentaires:

  1. J'avais essayé mais pas du tout accroché au style de l'autrice... J'ai tenté la série et je trouve ça lent et chiant ^^ Du coup je crois que je suis entrain de passer totalement à côté ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le style est spécial. Pour la série, je ne peux pas dire pour l'instant, j'ai envie de la voir mais ce n'est pas dans mon top priorité non plus.

      Supprimer