dimanche 4 novembre 2012

La couleur des sentiments - Kathryn Stockett



De son titre original, The Help, ce roman est paru en 2009 et traduit en France en 2010.
Son auteur Kathryn Stockett est originaire de Jackson dans le Mississippi et c'est d'ailleurs là qu'elle a situé l'histoire de ce roman, s'inspirant de sa propre enfance.

Nous sommes dans les années 60 au Mississippi, époque de la ségrégation raciale, même si la voix de Martin Luther King commence à se faire entendre.
L'histoire suit le quotidien de Aibileen et Minny, deux bonnes noires travaillant pour des familles blanches.
Elle s'occupent de tout l'entretien de la maison, de la cuisine et également pour Aibileen, s'occupe des enfants avec dévouement et affection.
Minny qui a bien du mal à ne pas être insolente se retrouve une nouvelle fois sans emploi et de plus accusée injustement de vol.

Pour certaines familles une bonne noire n'est pas vraiment comme un être humain, ceci révolte la jeune Skeeter, issue d'une famille blanche, elle vient tout juste de finir ses études et est bien décidée à devenir écrivain plutôt que de trouver un mari (ce qui désole sa mère), elle décide d'écrire un témoignage sur la vie des bonnes.
C'est ainsi qu'entre Skeeter, Minny, et Aibileen petit à petit un lien d'amitié va se créer.

Aibileen est un personnage que j'ai beaucoup apprécié, très marquée par le décès de son fils, elle continue sa vie courageusement, prenant à coeur son travail et surtout son rôle de nounou. Elle craint toujours ce moment ou les enfants blancs qu'elle élève finissent par penser comme leurs parents et voir la personne à travers sa couleur. Lorsque Skeeter lui propose de témoigner pour son livre, elle refuse tout d'abord, effrayée des conséquences et de ce que les blancs pourraient lui faire si cela se découvrait, mais finalement elle se sent comme un devoir de le faire.

Minny est un personnage au caractère bien trempé qui a du mal à conserver un travail car elle ne peux s’empêcher de répondre et dire ce qu'elle pense, ce qui est évidemment très mal vu dans une famille blanche. une seule personne la fait taire, son mari de plus en plus violent avec elle. Elle essaye tant bien que mal de faire vivre sa nombreuse famille et s'investira également dans le projet du livre pour que la vérité soit enfin dite sur la vie des noires.

Skeeter est celle qui veut faire bouger les choses, ce qui ne sera bien sur pas sans conséquence. Elle reste très naïve je trouve et finalement assez passive dans sa vie. Elle a bien du mal à se libérer de son passé et de sa mère et cherche à savoir ce qu'est devenue Constantine, la bonne qui l'a élevée et qui est parti sans prévenir. Elle sait qu'on lui cache quelque chose.

Que serait une histoire sans son méchant ou sa méchante, ici ce rôle est incarné par une jeune blanche, amie de Skeeter à l'origine mais qui s'avère bien vite être opposée à tous les droits des noirs, les traitant avec mépris, ce qui ne l'empêche pas d'employer une bonne, ce que je trouve paradoxal, mais certainement symptomatique de cette époque.
Seulement la bonne doit avoir des toilettes séparées, mettre ses couverts et son verre à part... par peur des "maladies des noires". On en rirait presque, si ce genre de chose n'avait pas réellement existé.

Il y a également la nouvelle patronne de Minny, une blanche pulpeuse au physique de Marylin Monroe, avec une cervelle de petit pois et gaffeuse, mais que j'ai finalement trouvée terriblement attachante.

Le contexte du Mississippi ségrégationniste des années 60 est bien sur omniprésent, ce n'est pas une leçon d'histoire mais plutôt une représentation de la vie quotidienne de cette époque avec toutes ses injustices.

les femmes sont au coeur du récit de ce roman chorale et au fil des chapitres, la narration passe de Aibileen à Minny et Skeeter, ce qui permet de voir l'histoire évoluer de leurs trois points de vue.

Ce livre a été également pour moi une première expérience, celle du livre audio. On peut constater depuis quelques temps déjà l'essor de ce genre, au travers des audiolib. Au départ je n'étais pas très intéressée et puis finalement j'ai eu envie de tester une fois. J'avais quand même un a priori négatif, peur que ce soit barbant, peur de décrocher rapidement.
Comme j'habite à la campagne, j'utilise ma voiture tous les jours, la plupart du temps des trajets relativement courts, et c'est donc dans ma voiture que j'ai testé mon premier audiolib. La couleur des sentiments m'a accompagnée lors de mes trajets quotidiens pendant plusieurs semaines et ce fut un vrai bonheur. J'ai été vraiment surprise par la qualité de la lecture et de l'interprétation. Trois lectrices différentes prêtent leur voix aux personnages et cela a renforcé encore plus je crois l'attachement que j'ai ressenti pour eux. A aucun moment je n'ai trouvé la lecture, enfin je devrais plutôt dire l'écoute, ennuyeuse, bien au contraire j'étais captivée.

Et donc ce livre a vraiment été un gros coup de coeur. Les personnages sont terriblement attachants, la reconstitution de la vie quotidienne de l'époque plutôt réussie et j'ai parfois eu du mal à concevoir à toutes ces lois ridicules séparant les blancs et les noires.
J'ai particulièrement apprécié Aibileen qui m'a beaucoup touchée. Et j'aurai voulu secouer Skeeter par moment pour son inaction. La fin m'a un peu déroutée (je n'en dirai pas plus) et j'étais triste de quitter la ville de Jackson.

J'ai d'ailleurs tenu à prolonger l'histoire en visionnant le film adapté du roman, sorti en 2011 aux Etats Unis et distribué par les studios Disney.




Je l'ai beaucoup apprécié également même si quelques points différent inévitablement, notamment dans le caractère de Skeeter qui est plus dynamique. La fin également est amenée différemment, mais cela ne m'a pas forcément déplu.
C'était en tout cas une agréable soirée télé et une belle adaptation.

2 commentaires:

  1. J'adore le livre et le film également! Que du bonheur :D

    Pauline,
    Entre Les Pages : http://areader.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui un très agréable moment de lecture :)

      Supprimer