vendredi 21 octobre 2016

Mon boycott des médias

Cela fait déjà plusieurs années (au moins 3 ou 4 je ne suis plus sur) que j'ai banni les médias de ma vie. Cela pourra paraître un peu excessif, voir même certains ne comprendront pas, mais j'assume totalement ce choix et j'avais envie d'en parler ici.
Je suis quelqu'un de nature anxieuse, j'ai longtemps souffert de crises d'angoisse avec une grande peur de l'avenir.
Il m'a fallu du temps pour comprendre la part de responsabilité des médias dans cette histoire, je parle pour moi, mais aussi au sens plus large, de la morosité ambiante actuelle de notre société.

Les médias ne sont plus dans l'information, mais dans le sensationnalisme et ça s'est clairement aggravé sur internet.
ils jouent avec nos peurs, cherchent le buzz et la polémique à tout pris, il faut être le premier à publier l'info la plus choc. Qui prendra encore le temps de vérifier de façon certaine ses sources dans ces conditions ? Donc quel crédit peut-on leur accorder sachant cela ?
Et je ne parle pas des chaînes dédiées à l'information qui vont passer en boucle la même bouillie indigeste à longueur de journée, polémiquer sur les mêmes sujets jusqu'à l'abrutissement et chercher des responsables à tout prix, entretenant ainsi le ressentiment des gens.
Ce n'est pas la vie ! Ce n'est pas ma vie ! Et j'ai rejeté tout cela, pour ma santé mentale. Quel soulagement !

Avez-vous déjà remarqué que lorsqu'on s'intéresse vraiment à un sujet, qu'on le connait plus que la moyenne des gens et que les infos en parlent, à chaque fois j'ai relevé des erreurs, des imprécisions, voir même je me suis demandée si le journaliste savait de quoi il parlait. Donc suite à ça, comment croire que ce n'est pas pareil pour tous les sujets ?

Alors vous me demanderez peut être comment je me tiens au courant de ce qui se passe dans le monde ? Sur les sujets les plus importants ou les plus graves (je pense malheureusement aux attentats évidemment), il y aura toujours quelqu'un autour de moi qui m'en parlera, au détour d'une conversation, familles, amis ou collègues.
Et pour le reste et bien je ne le sais pas et je m'en passe très bien !
Quand un sujet m'intéresse, je vais chercher l'information à sa source dans les livres ou magasines ou sites internet spécialisés et je me fais ma propre opinion qui ne sera pas celle que veulent m'imposer les médias.

Parfois je pense à ces familles qui prennent leur repas le soir devant le journal de 20h, pour peu qu'il y ait des enfants, ça me fait froid dans le dos.
Vraiment on ne s'est pas vu de la journée, chacun à été au travail, à l'école et le moment familial par excellence, on va le passer à regarder toutes les horreurs du monde, et on va râler que nos enfants font des jeux vidéos trop violents, mais ça ne dérange pas qu'ils voient des images d'attentat, de meurtre, peur, peur, peur...
Et on n'aura pas le temps de les rassurer, ni de répondre à leurs questions, parce que tout le monde baille du bec devant l'écran.
Comment vont grandir ces enfants ? comment peuvent-ils garder joie de vivre et optimisme et profiter de leur enfance ?
Je ne dis pas qu'il faut élever les enfants dans une bulle, mais il y a d'autre moyen d'aborder ces sujets que de leur infliger des images aussi négatives. Et vu les défis qu'ils auront a relever, ne vaut-ils pas mieux cultiver au maximum leur optimisme et leur créativité ?

Je préfère me couper de tout ça et essayer de cultiver mon petit bonheur, regarder autour de moi et me dire que finalement tout ne va pas si mal.
Pour certain cela paraitra surement être la politique de l'autruche, peut être un peu, mais être angoissée et mal dans ma peau, je ne vois pas ce que ça apporte à qui que ce soit, au contraire je contribue à la morosité ambiante.
En prenant de la distance, également grâce au yoga et à la méditation, je trouve un peu plus d'optimisme, j'essaye de réduire mes déchets, de réduire notre consommation d'énergie, d'acheter bio quand on le peut... Ca me parait plus intéressant et productif que de me lamenter devant ma télé sans rien faire, en accusant les autres, sur les problèmes écologiques.

6 commentaires:

  1. Je fais aussi ça, gardant un oeil de temps en temps sur les événements. Mais je me rends compte que dès que je suis quelque part où les "infos" sont diffusées régulièrement, je m'énerve !! Genre, vraiment en colère, je sens que ça monte en moi et ensuite la moindre chose m'agace et je peine à redescendre de cet état...
    Comme toi, je préfère m'attarder sur les belles choses de la vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fou l'impact que les médias ont sur nous, malheureusement les gens ne s'en rendent pas toujours compte.

      Supprimer
  2. Coucou, je viens ici depuis ton commentaire de ce matin sur mon blog, et je suis 100% d'accord avec toi ! Tu ne peux mê me plus flâner sur un site sans voir une colonne sur les faits divers dégueus du jour , alors ton oeil le lit avant même de te dire nooooon .... Pour les hypersensibles comme moi, le JT est proscrit, une psy me l'a déjà dit ... Et, effectivement, je pense aussi à mes enfants, et je n'oserais pas allumer deux min les infos devant eux. Triste monde .... Il faut se protéger ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire, je me sens moins seul :). Oui l'hypersensibilité c'est parfois dur à vivre. Dans mon cas la méditation ça m'aide un peu.

      Supprimer
  3. Je suis entièrement d'accord avec toi! Je fais d'ailleurs exactement pareil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me rassure de ne pas être la seule à ressentir ça :)

      Supprimer