samedi 30 janvier 2010

Le Pouvoir du moment présent - Eckhart Tolle



Je ne sais pas trop comment parler de ce livre, que je n'ai pas fini du reste, parce qu'il m'apparaît que son auteur doit vraiment venir d'une autre planète.

Je pense que je ne l'aurai jamais lu de moi-même, mais on me l'avait fortement recommandé et un tour sur amazon et la lecture des critiques m'avait à la fois interpellée et laissée perplexe.
Je vous laisse juger ICI

Je vais tenter de résumer sommairement les propos de l'auteur.
Notre mental est notre pire ennemi, nous ne le contrôlons pas, c'est lui qui nous contrôle et la quasi totalité de nos pensées sont inutiles et ne font que générer de la souffrance et des (faux) problèmes.

Le passé et le futur n'existent pas, ce ne sont que des projections mentales qui nous asservissent, la seule chose qui existe est l'instant présent, il n'y a ni passé, ni futur seulement une succession d'instant présent qu'il faut appréhender pleinement, le reste n'a pas de sens.

Pour nous débarrasser du mental, il nous faut atteindre un stade supérieur de conscience, qui correspond à l'illumination dont parlent les bouddhistes.
Illumination que l'auteur prétend avoir atteint de façon accidentelle, ce qui a complètement transformé sa vie.

Je vous épargne le reste, car tout m'a paru complètement excessif et extrême dans ce livre.
Même si je suis complètement d'accord sur le principe : nous nous faisons la plupart du temps souffrir nous même inutilement en ruminant le passé où en s'inquiétant pour l'avenir en oubliant de vivre l'instant présent, qui reste le plus important. Mais ce côté "maître spirituel qui dans sa grande bonté va montrer la voie aux pauvres ignorants que nous sommes", ça m'a fortement déplu et même braqué.

Je l'ai commencé et vite abandonné puis, quelques semaines plus tard, j'ai tenté de le reprendre, j'ai tenu bon jusqu'à la moitié, mais là je jette l'éponge.

Dans le même genre de lecture, j'ai été beaucoup plus touché par Jon Kabat Zinn ou Christophe André, qui font du bien à l'âme en étant beaucoup plus proche de nous.

4 commentaires:

  1. Je suis allée voir les avis, la plupart ont l'air enthousiastes... mais je comprends parfaitement que tu aies abandonné!
    HS : Bon retour chez toi!

    RépondreSupprimer
  2. Merci. Je suis en arrêt maladie pour la semaine, je vais profiter d'être chez moi et de me reposer.

    RépondreSupprimer
  3. Au sujet du pouvoir du moment présent, je ne partage pas votre avis, mais dois vous dire que la version Française est réelement mal traduite..Notre mental comme vous le dites n'est pas notre pire ennemi, mais comme le souligne Eckhart Tolle, nous devons laisser notre mental à sa vraie place qui est celle de résoudre les problèmes de la vie quotidienne, tels par exemple nos problèmes d'ordinateur, ou nos règlements de factures.

    Les pensées que nous engendrons peuvent provenir de deux sources, celles du coeur, ou celles d'un mental rationnel qui passe souvent son temps à diviser, séparer, mettre en doute effrayer...La majeure partie des pensées ne s'inscrivent pas dans le présent, et se réfèrent souvent au futur ou au passé. Le futur n'existe pas et lorsque nous pensons à celui-ci nous y pensons au présent. Le passé est mort, et si vous le faites revivre c'est bien au présent.

    Eckhart Tolle met en avant de vivre pleinement le présent et comme il le souligne dans diverses conférences, vous n'avez pas besoin de vivre dans un ashram durant 10 ans ou plus pour trouver l'illumination. Vous êtes maître de votre chemin de vie et votre liberté et de jouir pleinement l'instant sans vous faire attraper par le jeu du mental qui passe la plupart de son temps à couper les cheveux en dix.

    Rien n'est excessif dans ce livre si ce n'est la traduction en Français qui reste le problème majeur de ce livre qui m'a appris beaucoup sur le fonctionnement de notre mental, égo.

    Eckhart n'a rien d'un gourou, mais si vous vous intéressiez à la version Anglaise ou Allemande, ou Espagnole, le sens des mots prend toute sa valeur...

    RépondreSupprimer
  4. C'est effectivement plus le style que le propos qui m'a dérangé et je veux bien croire que la traduction y soit pour beaucoup. C'est dommage.

    RépondreSupprimer