samedi 19 février 2011

les japonais pêtent aussi les plombs - Keiko Ichiguchi


Un vieux proverbe japonais dit " Bouddha ne sourit jamais trois fois de suite ". Les Japonais acceptent les provocations avec une bienveillante condescendance. Mais après une paire de coups de boutoir, eux aussi perdent patience et la diplomatie défaille immanquablement. Après le succès de Pourquoi les Japonais ont les yeux bridés, Keiko Ichiguchi continue à nous expliquer sa vie de nomade dans ce nouveau livre à l'ambiance bon enfant. Elle commente avec malice la vie d'un vrai Japonais : comment naît une idylle dans un train, quel est le langage de la sensualité nippone, comment se sont émancipés les shojo mangas, quelle est l'origine des mythes et légendes. Elle nous offre même une partie dédiée aux formules de politesse et aux... gros mots ! Car les Japonais aussi pètent parfois les plombs ! Ce volume est complété par une riche série de dessins inédits et de strips humoristiques, qui permettent une fois de plus à Keiko d'ironiser sur les us et coutumes - souvent difficilement conciliables - des Européens et des Japonais.


Le titre du livre, son sujet et mon goût pour le Japon ne pouvait que me donner envie de le lire. C'est un livre court, assez vite lu, mais malgré cela j'ai été un peu déçue.

Déjà je n'ai pas trop aimé le style de l'auteur que je n'ai guère trouvé captivant, une bonne partie du livre est consacré à l'histoire du Japon et j'ai trouvé cette partie vraiment très ennuyeuse. En plus ce n'est pas vraiment annoncé, donc je ne vois pas trop l'intérêt de cette partie, autant lire un vrai livre sur l'histoire du Japon.

Pour le reste, toutes les anecdotes sur les habitudes des japonais et bien c'est intéressant, mais raconté de façon assez naïve, ça part un peu dans tous les sens, et puis finalement ça s'adresse plus à des gens ne connaissant pas trop le Japon (mais auront-ils envie de le lire ?) qu'à ceux connaissant déjà et qui n'apprendront pas grand chose.

Bref déçue.

Une lecture pour mon challenge ABC.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire